(T)erreur sur la personne: quand l'homonymie fait de toi une cible

12/08/18 à 09:26 - Mise à jour à 09:26
Du Le Vif/L'Express du 09/08/18

Au pire, ils se font menacer de mort. Au mieux, "juste" insulter. Ils n'ont strictement rien fait, si ce n'est porter les mêmes nom et prénom que la personnalité publique la plus détestée du moment. Et ils le vivent mal. Pourquoi tant de haine ?

Il y a bien la barbe. Poivre et sel, comme les cheveux. Pas noirs. Pas de lunettes non plus, et il rentrerait sans doute deux fois dans la veste foncée qu'Alexandre Benalla portait sur la place de la Contrescarpe le 1er mai à Paris, lorsqu'il jouait au CRS et brutalisait des manifestants. OK, ils sont nés dans la même ville, Evreux. Mais à quinze ans d'intervalle, tout de même. Les haineux sont-ils myopes ? Analphabètes ? Même pas, puisqu'ils écrivent. Et quelle prose ! " Je t'encule, fils de pute. Viens me voir si tu as des couilles, sac à merde. " Ainsi que du plus classique " pauvre type " ou " tu es affreux ". Quelques insultes homophobes, aussi. Puis d'admiratifs : " c'est super, d'avoir tapé des gens ", " félicitations pour vos techniques, c'est juste impressionnant " ou " Emmanuel Macron a bon goût ". Par centaines, bien que 90 % des messages soient des insultes. De la méchanceté gratuite, il ne s'explique pas les choses autrement. Car, évidemment, il n'a rien à voir avec l'ex-agent de sécurité rapproché du président français. Les lettres " oua " qui ponctuent son nom auraient dû faire taire tout amalgame. Mais Alexandre Benallaoua, apparaît en haut de liste lorsqu'on cherche son quasi homonyme sur Facebook. Lui qui est demandeur d'emploi ne supporte plus les petits rictus lorsqu'il décline son identité au guichet d'une administration. Alors, il a déposé plainte, fin juillet, devant le tribunal de grande instance de Paris. Pour injures publiques. Un délit punissable, dans l'Hexagone, d'une amende de maximum 12 000 euros, voire de 45 000 euros et d'un an de prison lorsque les injures deviennent discriminatoires.
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Lisez 3 articles gratuits par mois

Je m'enregistre Je suis déjà enregistré
ou

Les abonnés du Vif/l'Express bénéficient d'un accès illimité à tous les articles sur LeVif.be

Je prends un abonnement Je suis déjà abonné

Nos partenaires