Syrie: Moscou et Washington ont "clarifié" la voie vers un cessez-le-feu

27/08/16 à 00:20 - Mise à jour à 00:20

Source: Belga

(Belga) Les Etats-Unis et la Russie sont "parvenus à clarifier" la voie vers un cessez-le-feu en Syrie, mais les modalités pratiques doivent encore être définies, a déclaré vendredi soir à Genève le secrétaire d'Etat américain John Kerry.

Syrie: Moscou et Washington ont "clarifié" la voie vers un cessez-le-feu

Syrie: Moscou et Washington ont "clarifié" la voie vers un cessez-le-feu © BELGA

"Nous sommes parvenus à clarifier la voie menant" à une cessation des combats, a assuré le chef de la diplomatie américaine à la presse à l'issue d'une réunion marathon avec son homologue russe Sergueï Lavrov. Le chef de la diplomatie russe a affirmé que "des accords substantiels ont été réalisés" mais que "certains éléments devaient être finalisés". M. Kerry a précisé que les deux pays n'étaient pas prêts pour une annonce définitive, et a ajouté que des experts des deux pays allaient continuer de travailler à Genève dans les jours à venir pour régler les points non résolus. "Nous travaillons sur ces sujets", a déclaré le secrétaire d'Etat. Les deux pays ne sont pas prêts pour "une annonce définitive qui serait menacée d'échec" et "nous ne voulons pas d'un accord pour simplement dire que nous avons un accord", a-t-il ajouté. Les chefs de la diplomatie américaine et russe avaient entamé leurs entretiens dans la matinée dans un grand hôtel sur les bords du lac Léman, dans l'objectif de relancer les pourparlers de paix en Syrie. Ils ont été rejoints pendant près d'une heure en milieu de journée par l'envoyé spécial de l'ONU pour la Syrie Staffan de Mistura. Plusieurs sessions de discussions intersyriennes, destinées à mettre fin à ce conflit qui a fait plus de 290.000 morts depuis cinq ans, ont eu lieu à Genève depuis le début de l'année, sans aboutir à des résultats. Moscou et Washington ont le groupe Etat islamique (EI) comme ennemi commun, mais la Russie soutient politiquement et militairement le régime de Damas, tandis que les Etats-Unis appuient l'opposition syrienne qui réclame le départ du président Bachar al-Assad. La réunion de vendredi intervenait alors que le conflit est devenu encore plus complexe avec l'intervention militaire de la Turquie dans le nord de la Syrie, contre les djihadistes de l'EI mais également contre les Kurdes. (Belga)

Nos partenaires