Syrie: l'EI libère la "majorité" des ouvriers d'une cimenterie

08/04/16 à 23:02 - Mise à jour à 23:02

Source: Belga

(Belga) Le groupe extrémiste État islamique (EI) a accepté vendredi de libérer la majorité des ouvriers d'une cimenterie qu'il avait enlevés lundi au nord-est de Damas, a annoncé l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Selon l'ONG, la libération de la "majorité" des employés de l'usine Al-Badia à Dmeir a eu lieu grâce à un accord conclu entre les djihadistes et des responsables de cette localité à une cinquantaine de kilomètres de la capitale. L'OSDH n'a cependant pas donné le chiffre exact des employés libérés. "Je vais bien. Daech (acronyme de l'EI en arabe) m'a laissé partir aujourd'hui. J'ai été interrogé à l'aéroport de Dmeir et je suis rentré chez moi", a raconté l'un des ouvriers qui avait été enlevé lors d'une offensive de l'EI lundi contre la cimenterie, située proche de cet aéroport militaire tenu par le régime. Dans un communiqué mis en ligne, l'agence Amaq liée à l'EI a indiqué que le groupe avait libéré environ 300 personnes mais a refusé d'en relâcher 20 autres accusées d'appartenir à une milice progouvernementale. Le texte précise que quatre ouvriers ont été exécutés car ils étaient druzes, une branche de l'islam chiite détestée par l'EI. A l'image de la Syrie en guerre, la localité de Dmeir est morcelée en secteurs sous contrôle de l'EI, d'autres des rebelles islamistes, et d'autres encore de l'armée. Vendredi, des avions ont bombardé les alentours de l'aéroport militaire de Dmeir où de violents combats avaient lieu après l'offensive lancée lundi par l'EI, a indiqué l'OSDH. Le groupe jihadiste s'est déjà livré à plusieurs enlèvements de masse lors de ses offensives précédentes. En janvier, il avait kidnappé 400 personnes, dont des femmes et des enfants, dans la province orientale de Deir Ezzor et l'an dernier, dans le nord-est de la Syrie, l'EI a enlevé 220 chrétiens assyriens, dont beaucoup ont été libérés après négociations. (Belga)

Nos partenaires