Syrie: 250.000 enfants assiégés dans "des prisons à ciel ouvert"

08/03/16 à 23:57 - Mise à jour à 23:57

Source: Belga

(Belga) Plus de 250.000 enfants sont pris au piège dans des localités syriennes assiégées par des belligérants, certains étant réduits à manger de la nourriture pour animaux ou des feuilles pour survivre, selon l'ONG Save the Children.

Syrie: 250.000 enfants assiégés dans "des prisons à ciel ouvert"

Syrie: 250.000 enfants assiégés dans "des prisons à ciel ouvert" © BELGA

"Au moins 250.000 enfants vivent en état de siège brutal dans des zones de Syrie qui sont devenues de véritables prisons à ciel ouvert", indique cette ONG dans un rapport publié mercredi. Ils "sont coupés du monde extérieur, cernés par des belligérants qui usent du siège comme d'une arme de guerre (...)", ajoute Save the Children, qui se fonde sur des témoignages de "personnes vivant et travaillant dans les zones assiégées de Syrie". Dans un bastion rebelle à l'est de Damas, le docteur Nizar a vu des enfants mourir de maladies évitables. "Certains sont décédés de malnutrition, d'autres du manque de médicaments. Ici, des enfants sont morts de la rage faute de vaccin", dit-il. "Les maladies cutanées ou gastriques se répandent car le régime a coupé l'approvisionnement en eau et les gens se servent des eaux de surface, souvent contaminées par les égouts", ajoute-t-il. "Et les enfants sont particulièrement touchés par les inflammations et infections pulmonaires causées par les émanations de fumée des explosions". Ailleurs, les soins obstétriques sont quasi-inexistants. "Beaucoup de décès sont dus à des hémorragies et à l'impossibilité d'opérer, les accouchements se déroulant à domicile en l'absence de sage-femme", témoigne Amira, une mère de famille dans une zone assiégée dans le nord de la province de Homs (centre). "Des enfants sont morts car il n'y a pas de couveuses pour les nouveaux-nés", explique Aboud, un aide-soignant près de Damas. Pour se nourrir, certains enfants assiégés et leurs familles se nourrissent d'herbes ou d'aliments pour animaux. "Quand on n'avait pas de nourriture, on mangeait de l'herbe. Je mentais à mes enfants et leur disais que l'herbe était comestible mais ça ne trompait personne, l'herbe était immangeable", raconte Hassan, un père de famille de Deir Ezzor (est). Nombre de familles interrogées dans le rapport confient qu'il leur arrive de ne pas manger de toute la journée. "Mes frères et soeurs et moi allons parfois nous coucher sans avoir mangé depuis la veille", explique le jeune Sami, dans la Ghouta orientale, près de Damas. "Depuis le début du siège, j'ai perdu un tiers de mon poids", dit Marwan, un garçon dans l'est de Damas. "Après cinq années de conflit, la souffrance des communautés assiégées (...) est sans doute la preuve la plus choquante de l'échec de la communauté internationale en Syrie", juge Save the Children. Plus de 450.000 personnes sont actuellement assiégées en Syrie, selon le Haut Commissaire de l'ONU aux droits de l'Homme. Une porte-parole du Programme alimentaire mondial indiquait mardi que 150.000 d'entre elles avaient reçu de l'aide depuis la mi-février. Le conflit en Syrie, qui va entrer dans sa sixième année, a fait plus de 270.000 morts et des millions de réfugiés et de déplacés. (Belga)

Nos partenaires