Survol de Bruxelles : le MR défendra-t-il les intérêts des francophones ?

29/07/14 à 11:24 - Mise à jour à 11:24

Source: Le Vif

Il est probable que ce soit le MR qui doive défendre les francophones dans le dossier du survol de la capitale puisqu'il a choisi d'entrer dans une majorité "suédoise" comme seul parti francophone. Quelle position vont adopter les libéraux ?

Survol de Bruxelles : le MR défendra-t-il les intérêts des francophones ?

© Image Globe

Lors de la campagne et après le scrutin, le MR a réclamé un moratoire sur le Plan Wathelet qui a modifié les routes aériennes en février dernier, rappelle La Libre Belgique. Le mouvement citoyen "Pas Question", qui réclame également un moratoire, devrait être entendu par le MR, alors qu'il négocie en ce moment même l'accord de gouvernement avec la N-VA, le CD&V et l'Open VLD.

Un retour en arrière et un plan global

Selon La Libre Belgique, le parti libéral aurait cependant déjà arrêté sa stratégie. Il s'agirait d'un retour à la situation d'avant le 6 février. Les vols se concentreraient donc de nouveau sur Schaerbeek, Woluwe-Saint-Pierre et Saint-Lambert, Crainhem et Wezembeek-Oppem.

Le MR préparerait également un plan global à plus long terme et un travail sur les normes de vent censées soulager les habitants de l'est de Bruxelles.

Mais Catherine Fonck (ministre en affaire courante replaçant Melchior Wathelet) s'occupe déjà de ce travail qui faisait partie du plan de Melchior Wathelet et qui n'a pas été appliqué par Belgocontrole.

Les intérêts de la Flandre avant tout ?

Pour le MR en tout cas, pas question de demander un rallongement de la nuit, le survol des zones faiblement peuplées de Flandre ou un déplacement de l'activité de "fret" vers les aéroports régionaux. Autant de mesures qui seraient favorables aux Bruxellois, mais pas à la Flandre, souligne La Libre.

En savoir plus sur:

Nos partenaires