Suicide : prévention insuffisante en Belgique

20/08/10 à 15:33 - Mise à jour à 15:33

Source: Le Vif

En Belgique, 2.000 personnes mettent fin à leurs jours par chaque année. Cela représente six suicides par jour, soit un toutes les 4 heures. Les tentatives de suicide sont, quant à elles, estimées dix à vingt fois plus nombreuses. Le Centre de prévention suicide met en garde contre un manque de moyens dédiés à la prévention du suicide dans notre pays.

Suicide : prévention insuffisante en Belgique

© Thinkstock

Le Centre de prévention du suicide affirme être en sous-effectifs et donc ne pas pouvoir assurer le suivi de tous les appels qu'il reçoit. Chaque jour, les téléphonistes bénévoles reçoivent environ 50 appels. Ils ne peuvent cependant répondre qu'à 60% d'entre eux. Vingt personnes en détresse trouvent donc pour seul réconfort la voix d'un répondeur qui leur annonce : "Vous êtes bien au Centre de prévention du suicide, personne ne peut vous répondre pour l'instant. En cas d'urgence, contacter le 100." De plus, il est impossible pour ces personnes de laisser un message ou leurs coordonnées. Or, une personne qui demande de l'aide, et ne trouve pas de réponse, ressent une angoisse encore plus grande qui peut la pousser à passer à l'acte plus rapidement, affirme le Centre de prévention.

Les derniers évènements à Dalhem rapportés dans la presse ont encore fait de la publicité pour le centre qui s'attend à recevoir encore plus d'appels. Ce qui met les bénévoles dans une situation encore plus critique. Le Centre craint, en effet, de se retrouver davantage dépassé par les appels de détresse.

Une source qui désire rester anonyme dénonce le fait que la presse et le monde politique ne parlent généralement du suicide qu'une fois qu'il a été commis. Il faudrait davantage sensibiliser les gens à cette problématique, qui touche de façon particulièrement inquiétante notre pays en favorisant une meilleure prévention.

Une des solutions pourrait être de professionnaliser le Centre de prévention du suicide qui fonctionne actuellement uniquement grâce à des bénévoles, affirme cette même source. En effet, "si cela demande de mobiliser un certain budget, les tentatives de suicide qui débouchent sur une hospitalisation et des soins lourds, coûte davantage à la collectivité" financièrement et moralement.

Le Vif.be

En savoir plus sur:

Nos partenaires