"Suédoise": la justice... avant l'épineux budget

15/09/14 à 19:23 - Mise à jour à 19:23

Les négociations pour la formation d'un gouvernement fédéral restaient en suspens en ce début de semaine alors que les partenaires de la future coalition étaient toujours dans l'attente des estimations compilées du comité de monitoring, l'organisme qui évalue la situation budgétaire.

"Suédoise": la justice... avant l'épineux budget

/ © Belga

N-VA, MR, CD&V et Open Vld se reverront mardi pour affiner la deuxième lecture des chapitres justice (radicalisme, sécurité, impact budgétaire).

L'aperçu du comité de monitoring sur l'effort budgétaire à l'aune de la détérioration des perspectives annoncée par le Bureau du plan n'est pas attendu avant mardi. Les négociations budgétaires ne reprendront dès lors pas avant mercredi.

Les prévisions de croissance ont été revues à la baisse: le PIB ne croîtra que de 1,1% au lieu de 1,4% en 2014, et de 1,5% au lieu de 1,8% en 2015 alors que l'inflation devrait être plus élevée que prévu. Le manque à gagner pourrait dès lors s'élever à 570 millions d'euros.

47.000 emplois en danger

Par ailleurs, autre mauvaise nouvelle, la presse révélait lundi que selon un autre rapport du Bureau du plan, la politique d'assainissement voulue par l'Union européenne coûtait quelque 47.000 emplois à la Belgique. Or, on sait que la future majorité a placé l'emploi au centre de sa politique pour la législature.

Au regard de l'assainissement des financements publiques, les négociateurs doivent arrêter le calendrier du retour à l'équilibre et déterminer l'ampleur de prochain effort. Ils entendent surtout le réaliser dans les dépenses mais le CD&V reste attaché à vouloir également trouver de nouvelles recettes, notamment via une taxe sur les plus-values.

Ce discours sur les recettes est difficilement audible à la N-VA, partisane d'une politique publique la moins interventionniste possible. Elle l'a encore démontré ces derniers jours en soulignant qu'elle n'avait fait que prendre acte de la décision du gouvernement d'interjeter appel dans le dossier Arco. Là aussi, le CD&V est demandeur d'une solution pour les coopérants après que la Commission européenne eut démonté le mécanisme de garantie qui leur avait été concocté par le gouvernement.

Certains journaux avançaient lundi que la semaine pourrait s'annoncer décisive, d'aucuns souhaitant même que le choix du Premier ministre et des principaux portefeuilles puissent être tranché pour le week-end. Il semble toutefois que les travaux budgétaires et la finalisation des chantiers non budgétaires (énergie, mobilité, Arco) puissent encore mobiliser quelques nombreuses heures de réunion.

En savoir plus sur:

Nos partenaires