Stib : rien ne roule

10/04/12 à 06:25 - Mise à jour à 06:25

Source: Le Vif

Pour les représentants de la CGSP il y a trop de zones d'ombres. Ces derniers ont déclaré au JT de la RTBF qu'ils continuaient la grève. Du côté de la CSC, les consultations n'étant pas terminées, on ne se prononce pas encore pour l'instant. Du coup toujours rien ne roule.

Stib : rien ne roule

© Belga

Le syndicat socialiste n'est pas convaincu par les mesures prévues en interne par la Stib qui n'arriveraient que dans plusieurs mois. La CGSP met donc la pression sur le CA de la Stib qui se tient à 17 h 30. En cas de consultation positive avec la direction, il n'est pas exclu que le travail reprenne ce mercredi. Du côté de le CGSP on ne se prononce pas encore pour l'instant. Le syndicat libéral n'appellera pas à la reprise du travail à la STIB avant l'enterrement, prévu jeudi, d'Iliaz Tahiraj, le superviseur de la société de transports en commun victime d'une agression mortelle samedi matin. "Les propositions formulées par les ministres Milquet, Picqué, Grouwels et Turtelboom contiennent des avancées sur certains points, mais nous n'avons obtenu aucune réponse sur des éléments essentiels tels que l'échéancier", a expliqué Xavier Muls, secrétaire permanent de la CGSLB. Pour le syndicat libéral, il ne peut en effet être question d'accord sur les mesures avancées tant qu'un texte incluant un échéancier précis n'a pas été signé.

La direction de la STIB, la présidente, Adelheid Byttebier, et le vice-président du conseil d'administration, Ridouane Chahid, se sont dits "impressionnés" par l'ampleur et la qualité des mesures proposées, ont-ils indiqué dans un communiqué lundi . La direction de la STIB a dès lors appelé à une reprise du réseau "dès demain mardi matin". Les syndicats souhaitent cependant présenter ces propositions au personnel avant d'appeler celui-ci à reprendre le travail, a expliqué Luk Smekens. Ce qui a été fait ce matin avec pour résultat une poursuite de la grève.

Rien ne roule

Plus aucun transport en commun ne roule sur le réseau de transports en commun bruxellois, a indiqué une porte-parole de la STIB. Mardi très tôt, quelques métros des lignes 1 et 5 étaient sortis des dépôts mais ont vraisemblablement été rappelés.
Les trams et bus ne circulent pas non plus dans la capitale.

"Mardi est le premier jour de grève"

La STIB précise que cette journée de mardi sera bien considérée comme un jour de grève. Le réseau des transports en commun bruxellois est à l'arrêt depuis samedi matin à la suite d'une agression mortelle dont a été victime un superviseur de la société.

"Mardi est cependant le premier jour de grève car nous avons appelé ce matin le personnel à reprendre le travail. Nous comprenons cependant que les syndicats doivent encore convaincre leur base quant aux mesures annoncées", commente un porte-parole de la STIB.

Le personnel sera donc payé normalement pour ces trois derniers jours, de samedi à lundi, car la mise à l'arrêt du réseau relevait d'une initiative de la direction. C'est maintenant aux syndicats de décider quand le travail reprendra. Une assemblée générale est prévue vers 17h30.

Une association d'usagers dénonce l'arrêt de travail

"L'agression mortelle envers un agent de la STIB est inacceptable et scandaleuse. Cependant, cela ne permet pas à la STIB et à ses agents d'en faire supporter les conséquences à un million d'usagers, de les prendre au dépourvu pour ensuite les priver de transports pendant un nombre indéterminé de jours", a dénoncé mardi le GUTIB, le Groupement des usagers des transports publics à Bruxelles.

Ce dernier "exige l'instauration obligatoire d'un préavis avant tout mouvement de grève", un délai permettant aux clients de s'organiser et à la STIB de mettre sur pied un service minimum.

"Il est temps que nos femmes et hommes politiques légifèrent dans l'intérêt de l'immense majorité des citoyens, sans se laisser intimider par des syndicats qui abusent de leur pouvoir", ajoute le groupement qui estime enfin que "la conscience professionnelle doit l'emporter sur les émotions pour les agents des services publics.

Avec Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires