Stib : la situation reste chaotique

11/04/12 à 13:39 - Mise à jour à 13:39

Source: Le Vif

Même si l'on constate une reprise progressive de la circulation sur le réseau des transports en commun bruxellois, la situation reste chaotique, en particulier pour les bus. Pour tenter de débloquer la situation, plusieurs réunions sont au programme cette après-midi. Les obsèques d'Iliaz Tahiraj auront lieu ce jeudi à 14h30.

Stib : la situation reste chaotique

© Belga

Joëlle Milquet a rencontré mercredi matin une nouvelle fois - tout comme mardi - les chefs de zone de la police bruxelloise, afin de mettre en oeuvre les mesures annoncées lundi soir de renforcement de la sécurité sur le réseau de la STIB, dont l'affectation prochaine de 400 policiers supplémentaires pour Bruxelles, répartis entre police fédérale et polices locales, ainsi que le recrutement d'agents d'intervention en plus pour les transports en commun bruxellois. Mme Milquet (cdH) doit également s'entretenir à 14h00 avec les syndicats de policiers, avant de rencontrer vers 16h00 des représentants - direction et syndicats de la Société des Transports intercommaunaux bruxellois.

La direction a appelé mercredi à la reprise "immédiate" du travail

La direction de la STIB a une nouvelle fois appelé mercredi à la reprise "immédiate" du travail, alors que la circulation restait toujours perturbée sur le réseau après un arrêt de travail de quatre jours à la suite de l'agression mortelle dont a été victime samedi matin un superviseur, Iliaz Tahiraj.

Au terme du changement d'équipes de 14h00, six lignes de bus sur 50 sont opérationnelles, le service étant assuré sur les lignes 12, 13, 14, 63, 87 et 95, a indiqué mercredi après-midi un porte-parole de la STIB. Du côté des trams, la ligne 7 ne roule plus, faute de fréquentation. Par contre, les cinq autres lignes qui fonctionnent depuis le matin sont toujours en activité.Enfin, le trafic du métro est quasiment normal.

"En plus du piquet de grève mis en place à Haren, les chauffeurs de bus des dépôts Delta et Brel rencontrent des problèmes pour continuer de circuler. Nous appelons à ce que les non-grévistes ne soient pas gênés par les grévistes", demande Guy Sablon, porte-parole de la STIB.

La CSC a marqué son accord, mardi soir lors d'une réunion entre direction et front commun syndical, pour une reprise du travail dès mercredi matin, sous certaines conditions. La CGSP et le syndicat libéral, eux, entendent poursuivre le mouvement de grève.

Les obsèques d'Iliaz Tahiraj auront lieu ce jeudi

La cérémonie d'adieu à Iliaz Tahiraj, ce superviseur de la STIB victime d'une agression mortelle samedi matin, aura lieu à la mosquée de l'Association musulmane et culturelle albanaise de Belgique, située avenue Rogier, jeudi à 14h00. La victime sera ensuite enterrée au cimetière de Schaerbeek, rue d'Evere. La famille demande expressément que les médias se tiennent à l'écart de la cérémonie, a indiqué Roland Thiébault, le porte-parole de la police locale de la zone Bruxelles-Nord Les employés de la Stib qui le désirent pourront s'y rendre sous le couvert de la direction.

Des arrêts de travail symboliques dans l'ensemble des transports en commun jeudi

Des arrêts de travail symboliques de quelques minutes se dérouleront demain/jeudi dans l'ensemble des transports en commun belges afin que chaque travailleur puisse marquer "son soutien mais aussi sa colère" après l'agression mortelle dont a été victime, samedi matin, un superviseur de la STIB, annonce le front commun syndical dans un communiqué diffusé mercredi au sein du groupe TEC, de De Lijn et de la SNCB.

"La durée de cet arrêt de travail est laissée à l'appréciation des agents et suivant leur possibilité mais dans une fourchette précise", c'est-à-dire entre 14h30 et 15h00 en ce qui concerne les transports publics wallons, précise Yves Depas, secrétaire fédéral de la CGSP. Du côté de De Lijn et de la SNCB, cette fourchette s'étendra, pour des raisons pratiques, de 14h30 à 15h30.

"Il va de soi que cette action doit s'accomplir dans le calme et la dignité. Il est en outre demandé de ne pas afficher de couleur syndicale", conclut le front commun.

LeVif.be avec Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires