Stib: action syndicale prévue vendredi devant le palais de Justice

10/02/14 à 16:35 - Mise à jour à 16:35

Source: Le Vif

Les syndicats de la Stib mèneront vendredi à 10h une action de protestation devant le palais de Justice de Bruxelles, suite à la décision du tribunal correctionnel de Bruxelles de condamner Alexandre V., qui avait agressé mortellement le superviseur Iliaz Tahiraj, à 40 mois de prison avec sursis. L'action pourrait provoquer des perturbations sur le réseau de transports publics bruxellois.

Stib: action syndicale prévue vendredi devant le palais de Justice

© BELGA

"Nous voulons montrer le mécontentement du personnel et dire que la justice a donné un mauvais signal", explique Robert Timmermans, délégué CSC, sur le site du Soir. "Nous ne voulons pas pénaliser les usagers. Tous les agents sont invités à participer à cette manifestation. Il n'y a pas d'appel à une grève mais il est possible que des perturbations aient lieu sur certaines lignes en raison de la présence des agents de conduite à la manifestation."

La porte-parole de la Stib, Françoise Ledune, a pour sa part souligné la "réaction digne et mature des syndicats qui réagiront de manière coordonnée". L'ampleur du mouvement n'est, pour l'instant, pas encore connue. L'importance des perturbations que cela provoquera sur le réseau est difficile à évaluer. Luc Smekens suppose que le trafic pourrait être perturbé jusqu'à 14h environ. Il insiste sur le fait que la manifestation se déroulera en dehors des heures de pointe car le but n'est pas de pénaliser les navetteurs.

Le personnel de la Stib se dit déçu par le jugement

Les quelques collègues du superviseur de la Société des Transports intercommunaux de Bruxelles (Stib), présents lundi au procès de son agresseur, ont affirmé être déçus par le jugement prononcé par le tribunal correctionnel de Bruxelles. Le juge a infligé une peine de 40 mois de prison avec sursis probatoire à Alexandre V. Cet homme avait mortellement agressé Iliaz Tahiraj en avril 2012. Les faits avaient fortement choqué l'ensemble des travailleurs de la Stib, qui avaient décidé d'entamer une grève de plusieurs jours.

"On est amer. On s'attendait à une peine exemplaire... et non!", s'est exprimé Abdelhak Bouazza, délégué CSC au sein du personnel de la Stib. "C'est trop facile! Quelqu'un boit un verre de trop, frappe une autre personne qui décède et il s'en sort bien. C'est pas ça qui va décourager des gens à s'en prendre aux autres", a-t-il ajouté.

"Le personnel de la Stib se pose beaucoup de questions après ce jugement", a poursuivi le représentant d'employés de la Stib. "Et puis, il y a cette sécurité spécifique autour du procès à la suite des rumeurs de vengeance de la communauté albanaise (de laquelle est issu Iliaz Tahiraj, NDLR). On ressent ça comme une provocation. C'est une très mauvaise façon de faire", a-t-il encore déclaré.

De manière officielle, la Stib a précisé lundi, dans un communiqué, qu'il ne lui appartenait pas de commenter la décision de justice rendue. La société de transports en commun a rappelé qu'il n'avait pas été concevable pour elle d'agir autrement que de se mobiliser comme elle l'a fait les jours suivant le drame et de se constituer partie civile pour dénoncer toute violence commise à l'égard de membres de son personnel.

Nos partenaires