STIB : 116 millions d'euros d'économies d'ici 5 ans

13/03/13 à 16:47 - Mise à jour à 16:47

Source: Le Vif

La STIB devra réaliser plus de 116 millions d'euros d'économies sur ses frais de fonctionnement d'ici 5 ans, a annoncé mercredi le directeur général de la STIB Brieuc de Meeûs, à l'occasion de la signature, par lui-même, la présidente du Conseil d'Administration de la STIB, Adelheid Byttebrier, et la ministre bruxelloise du Transport Brigitte Grouwels, du contrat de gestion fixant les obligations mutuelles de la Société bruxelloise de transport et de la Région.

STIB : 116 millions d'euros d'économies d'ici 5 ans

© Image Globe

Comme annoncé il y a plusieurs semaines, ce contrat, approuvé par le gouvernement bruxellois le 21 février dernier, ouvre la voie à des investissements ordinaires et extraordinaires pour 4,4 miliards d'euros d'ici 2022.

Cela devrait permettre à la STIB de respecter son engagement à augmenter sa capacité de transport de 22,4% d'ici 2017 essentiellement via des extensions du réseau, l'achat de matériel roulant (676 millions d'euros d'ici 10 ans).

Pour le métro, on ne le fera d'ici 2017 qu'en étendant les heures pointe, et l'offre de soirée et de week-end. Cette phase transitoire sera mise à profit pour lancer les futurs chantiers de l'automatisation de la partie centrale de l'axe est-ouest (650 millions d'euros d'ici 2020), et la réalisation du métro vers le nord (Schaerbeek et Evere) qui engloutira quelque 570 millions d'euros.

Ces investissements, et ceux prévus pour créer de nouvelles (extensions de) lignes de trams (e.a. 9 vers l'UZ-VUB, 62 vers Eurocontrol, 94 vers Roodebeek, et 71 vers Ixelles), pour acheter du matériel roulant, et pour lancer les projets de création de nouveaux dépôts seront menés parallèlement à un rigoureux programme d'économies que la STIB devra réaliser sur son budget de fonctionnement.

En 2013, elle devra déjà engranger 12 millions d'euros d'économie, mais ce chiffre grimpera jusqu'à 35,4 millions d'euros en 2017, a expliqué le directeur-général de la STIB.

Les efforts seront effectués notamment en achetant la meilleure qualité de matériel, mais au meilleur prix, en réduisant l'absentéisme qui est actuellement d'environ 7,8%, en agissant sur l'organisation des services et la gestion des processus, ou encore en réalisant des économies d'énergie par l'installation panneaux solaires sur les dépôts et d'unités de co-génération d'énergie, a expliqué le directeur-général.

Selon lui, le client n'en pâtira pas. Il restera au coeur des préoccupations. Alors que les déplacements en transport en commun dans la capitale représentaient encore 46% de parts de marché en 2010, le contrat de gestion vise un dépassement du cap des 50% et une utilisation régulière de la STIB par 60% des habitants de la capitale.

On en sait enfin davantage sur l'acquisition de matériel roulant dans les années à venir.

D'ci 2016, la dernière commande de trams T3000 et T4000 aura été livrée (26 en 2013, 24 en 2014 et une dizaine en 2015). Le remplacement des trams 7700 et 7900 qui circulent pour certains depuis plus de trente ans sur le réseau se fera progressivement entre 2018 et 2020.

Le charroi de bus sera porté progressivement à 734 par le jeu du renouvellement des plus anciens et de l'accroissement du parc en deux vagues: 172 bus diesel d'ici 2014, et 183 bus propres (propulsion hybride ou au gaz à partir de 2015).

Les premières nouvelles rames de métro destinées à la future ligne automatisée ne seront pas livrées avant 2018.

Selon Brieuc de Meeûs, la STIB mettra la durée du contrat de gestion à profit pour étudier des options à l'horizon 2017-2025: l'automatisation de la ligne de métro en boucle qui suit l'axe de la Petite Ceinture et sa prolongation éventuelle vers le nord/ouest; le prolongement du métro nord-sud vers Uccle; la mise sous tunnel d'une partie de la ligne de tram rapide qui parcourt les boulevards de la Grande Ceinture; l'achat de tramways plus larges (2,65) pour l'exploitation de certaines lignes aménagées sur des grands axes; et la desserte de Tour et Taxis par une ligne de tram.

Nos partenaires