Soudan: un groupe rebelle suspend ses discussions avec le gouvernement

21/10/16 à 22:22 - Mise à jour à 22:25

Source: Belga

(Belga) Un important groupe rebelle soudanais a annoncé vendredi qu'il suspendait des discussions de paix avec le gouvernement après que ce dernier eut été accusé par Amnesty International d'avoir perpétré des attaques chimiques dans la région du Darfour.

Le Mouvement de libération du peuple du Soudan-nord (SPLM-N), un groupe rebelle qui combat les forces gouvernementales soudanaises dans les Etats méridionaux du Nil-Bleu et du Kordofan-Sud, avait accepté en août de participer à un processus de négociations parrainé par l'Union africaine pour mettre fin au conflit dans ces régions. Mais vendredi, le SPLM-N a annoncé qu'il suspendait sa participation à ces pourparlers après la publication par l'ONG de défense des droits de l'Homme Amnesty International d'un rapport accusant le régime soudanais d'avoir mené des attaques chimiques meurtrières contre des civils dans l'Etat occidental du Darfour. Ces attaques, commises entre janvier et septembre dans le massif montagneux du Djebel Marra, ont fait jusqu'à 250 morts dont de nombreux enfants, selon Amnesty. Le mouvement rebelle a réclamé une enquête sur ces attaques. Le patron des opérations de maintien de la paix de l'ONU, Hervé Ladsous, avait demandé début octobre au Soudan d'aider à faire la lumière sur ces accusations. La signature en août par le SPLM-N et deux autres groupes rebelles du Darfour, l'Armée de libération du Soudan (ALS) du chef Minni Minnawi et le Mouvement pour la justice et l'égalité (JEM), d'une feuille de route pour faire taire les armes dans ces trois régions du Soudan avait suscité l'espoir d'un règlement de ces conflits qui ont fait des dizaines de milliers de morts. Le président soudanais Omar el-Béchir est accusé par la Cour pénale internationale (CPI) de La Haye de génocide, crimes contre l'humanité et crimes de guerre pour le conflit au Darfour. Il fait l'objet de plusieurs mandats d'arrêts émis entre 2009 et 2010 mais continue de voyager sans être inquiété dans plusieurs pays d'Afrique. (Belga)

Nos partenaires