Sombre histoire de pédophilie impliquant un silence de Monseigneur Léonard

29/04/10 à 10:18 - Mise à jour à 10:18

Source: Le Vif

Le primat de Belgique se serait-il volontairement tu pour étouffer une affaire de pédophilie, lorsqu'il était évêque de Namur? Une ancienne victime d'un prêtre de campagne l'accuse en tous les cas. Une affaire qui, apparemment, a déjà soulevé la polémique.

Sombre histoire de pédophilie impliquant un silence de Monseigneur Léonard

© Belga

Le journal De Morgen publie ce jeudi l'histoire d'un homme violé régulièrement depuis l'âge de 15 ans par le prêtre de son village. L'adolescent s'en était ouvert auprès d'André Léonard, alors évêque de Namur et en première ligne pour mettre un terme aux agissements du prêtre.

"Il a laissé faire. Un arrangement financier a été élaboré, selon lequel le prêtre paierait un tiers des coûts de ma thérapie, l'évêché un deuxième tiers et moi le dernier tiers. Malgré le fait qu'il ait reconnu les faits, ce prêtre est encore resté cinq ans en poste et a continué à faire des victimes. Léonard a tout fait pour éviter un procès", affirme ainsi Joël Devillet.

Le porte-parole de Mgr Léonard, aujourd'hui primat de Belgique, n'a pas tenu à trop s'exprimer sur l'affaire: "Cette affaire a déjà suffisamment suscité la polémique, nous ne souhaitons pas réagir aux propos de monsieur Devillet." Il a encore ajouté que le tribunal de Namur avait partiellement donné raison à l'archevêque le 17 février 2009 dans sa procédure civile contre Joël Devillet. Il y a encore une procédure qui court à propos de l'invalidité de M. Devillet et sa demande de dédommagement. "Nous laissons la justice faire son travail", a encore précisé Eric De Beukelaer.

LeVif.be, avec Belga

Nos partenaires