SNCB: Prochaine réunion du comité de coordination fixée à lundi 15h00

10/06/16 à 17:05 - Mise à jour à 17:04

Source: Belga

La prochaine réunion du comité de coordination a été fixée à lundi 15h00, a indiqué vendredi Michel Abdissi, le président national de la CGSP Cheminots, à la sortie d'une énième entrevue réunissant le syndicat socialiste, la CSC Transcom et les directions de la SNCB, d'Infrabel et de HR-Rail.

SNCB: Prochaine réunion du comité de coordination fixée à lundi 15h00

© Belga

Jeudi, lors de la dernière réunion du comité de coordination, aucun accord n'avait pu être trouvé entre la CGSP Cheminots, la CSC Transcom et les directions de la SNCB, d'Infrabel et de HR-Rail, après quatre heures de négociations.

Vendredi midi, la CGSP Cheminots a annoncé qu'elle n'appelait finalement pas à la grève dimanche afin de donner "une dernière" chance d'aboutir aux négociations avec la direction.

"L'ambiance n'était pas mauvaise et je pense que la direction a apprécié notre geste. Nous n'avons néanmoins pas parlé du fond aujourd'hui", a précisé M. Abdissi.

La principale pierre d'achoppement est la dernière proposition de la SNCB d'instaurer des horaires de travail de 9 ou 10 heures dans les ateliers, alors que les syndicats ont déjà accepté certaines mesures pour augmenter la productivité. "Lorsqu'on fait un pas, ils reculent de deux. On creuse un fossé et ce n'est pas comme ça qu'on arrive à un bon compromis. Il faut que l'on marche sur le même sentier", a répété le syndicaliste.

La CGSP souhaiterait que la direction se décide à faire des économies ailleurs que "sur le dos des travailleurs", mais bien "là où il y a de l'argent". "Il faut qu'on arrête de presser les cheminots comme des citrons. Réduisons d'abord le nombre d'interfaces; il y a onze pouvoirs différents au sein de la SNCB", déplore Michel Abdissi.

Pour le syndicat chrétien CSC, le moratoire reste le principal problème, a indiqué Luc Piens. En contrepartie des concessions faites par les syndicats sur les jours de crédit, la CSC a suggéré jeudi de geler les mesures de productivité envers le personnel jusqu'au 1er janvier 2019. Les directions ne veulent toutefois pas exclure que d'autres mesures suivront pour certaines catégories de travailleurs.

"Nous avons à nouveau mis cette position en avant", explique le syndicaliste chrétien, qui souligne qu'il n'y a aucune garantie que la direction accepte. "Nous devons donc examiner si d'autres mesures sont possibles. Nous regarderons comment y arriver la semaine prochaine."

Le comité de coordination prévoit de se réunir également mardi à 08h00 et jeudi à 10h00. "Vendredi matin, ce sera la dernière réunion, le point final", a souligné M. Abdissi. "Nous reprendrons les bases du texte. L'objectif n'est pas de tout recommencer mais nous avons quelques soucis sur certaines propositions."

En savoir plus sur:

Nos partenaires