SNCB: les grèves de janvier en partie reportées

23/12/15 à 12:26 - Mise à jour à 13:36

Source: Belga

Le préavis de grève sur le rail est maintenu, mais les trois dernières dates (21, 22 et 23 janvier) sont postposées à une date ultérieure, ont annoncé mercredi la CSC Transcom, la CGSP Cheminots et l'Unécof. Les dates du 6 et 7 janvier sont maintenues.

SNCB: les grèves de janvier en partie reportées

© BELGA

L'objectif est de limiter l'impact des grèves annoncées sur les examens des étudiants, a indiqué Opaline Meunier, vice-présidente de l'Unécof (Union des étudiants de la communauté française), qui parlait également au nom de son pendant flamand (Vlaamse vereniging van studenten, VVS).

L'Unécof s'est dite solidaire des syndicats et de leurs revendications. "Les étudiants seront victimes des mesures prévues par le protocole d'accord social", a dit Opaline Meunier. "Le gouvernement mène une politique à contre-sens des besoins des étudiants, de la population, en dépit des engagements environnementaux et sociétaux."

Les dates des 6 et 7 janvier étant plus proches, "il était difficile de faire marche arrière" et elles seront maintenues, a-t-elle ajouté.

Par ailleurs, le front commun syndical se réunira en début de semaine prochaine afin d'évaluer la dernière proposition du gouvernement, a expliqué Michel Abdissi, président national de la CGSP Cheminots. "Le bras de fer continue, mais nous ne voulons pas tomber dans la précipitation." Après un comité ministériel restreint, le gouvernement fédéral a appelé mardi à une suspension des préavis déposés, préalable à l'envoi de conciliateurs sociaux.

Il y a deux semaines, la CGSP et la CSC ont déposé un préavis de grève après l'échec des négociations sur le protocole d'accord social 2016-2018 et les mesures d'augmentation de la productivité dans les chemins de fer. La fin de la double compensation des jours fériés tombant le week-end et surtout le passage de la semaine de travail de 36 à 37 heures sans compensation salariale cristallisent les griefs des syndicats.

"Nous appelons à de réelles négociations sur des bases équilibrées", a relevé Marianne Lerouge, responsable CSC Transcom.

En savoir plus sur:

Nos partenaires