SNCB : Galant concerte pour trouver des solutions en cas de délestage

05/11/14 à 14:43 - Mise à jour à 15:50

Source: Belga

La ministre de la Mobilité Jacqueline Galant a assuré mercredi qu'elle travaillait en concertation avec la SNCB, Infrabel, les fournisseurs d'électricité et le département de l'énergie pour dégager des solutions pour le rail en cas de délestage d'électricité.

SNCB : Galant concerte pour trouver des solutions en cas de délestage

Jacqueline Galant © Belga

"Nous sommes bien conscients des risques potentiels d'un éventuel délestage sur la circulation et la sécurité des trains. Nous étudions différentes pistes afin d'évaluer les risques et les éviter au maximum", a indiqué la ministre dans un communiqué.

De Morgen affirmait mercredi qu'en cas d'activation du plan de délestage cet hiver, aucun train ne circulerait durant cette journée dans le pays. Aucune décision n'a encore été prise, a réfuté la SNCB.

Jacqueline Galant a par ailleurs dit s'étonner "que mes prédécesseurs ne se soient pas penchés plus tôt sur ce dossier et n'aient pas incité Elia à consulter les gros consommateurs d'énergie comme la SNCB.

Cette remarque a fait bondir la députée cdH Catherine Fonck, qui fut brièvement secrétaire d'État à l'Energie et à la Mobilité pendant la période d'affaires courantes. Des contacts soutenus ont été pris avec la SNCB depuis l'été et un groupe de travail institué dès septembre avec le SPF Mobilité, la DG Energie, Infrabel et la SNCB, a-t-elle fait valoir à l'agence Belga.

Une réunion, organisée peu avant la prestation de serment du nouveau gouvernement, a permis d'évoquer une solution alternative, consistant à établir une liste de cabines stratégiques qui pourraient être alimentées en priorité. Une autre piste permettrait de faire rouler les trains jusqu'à 16H00 et rentrer au dépôt avant le délestage.

"Lors de la passation de pouvoir, j'en ai parlé personnellement et longuement" avec Jacqueline Galant, mais aussi avec Marie-Christine Marghem, la nouvelle ministre de l'Energie, affirme Mme Fonck. La réaction de la première est donc "en dehors de la réalité", conclut-elle. "Elle préfère charger ses prédécesseurs plutôt que prendre ses dossiers à bras le corps."

Nos partenaires