Signes convictionnels : Ozdemir choquée par les propos de Ducarme

24/02/12 à 16:35 - Mise à jour à 16:35

Source: Le Vif

La députée bruxelloise Mahinur Ozdemir (cdH) a fait part de son indignation après les déclarations du député fédéral Denis Ducarme (MR) sur les ondes de Bel-RTL à propos des mandataires politiques qui portaient le voile.

Signes convictionnels : Ozdemir choquée par les propos de Ducarme

© Image Globe

"Je suis profondément blessée et choquée des propos tenus ce matin par ce député MR", a déclaré Mme Ozdemir sur Twitter avant d'indiquer qu'elle se réservait le droit de porter plainte pour diffamation.

D'origine turque, cette députée cdH siège au parlement régional en portant le voile islamique. Sa prestation de serment en 2009 avait créé la polémique. Certains représentants du courant laïc s'étaient indignés, rejoints par une série de personnalités politiques, dont plusieurs mandataires du MR.

D'autres voix, venant d'autres partis, du MRAX, du Centre d'action laïque ou du Centre pour l'égalité des chances, s'étaient en revanche élevées pour faire remarquer que le parlement était lieu d'expression par excellence des convictions et que les parlementaires n'étaient pas des agents de l'Etat.

A cette occasion, M. Ducarme avait déposé une proposition de loi interdisant le port ostensible de signes religieux ou philosophiques dans les assemblées parlementaires. Vendredi, interrogé sur Bel-RTL, il est reparti à l'attaque, en s'en prenant notamment à Mme Ozdemir.

Il a dénoncé l'attitude de personnes "qui siègent dans des parlements, comme c'est le cas de cette députée cdH, ou des conseils communaux, et qui jouent la carte du communautarisme, de l'intégrisme, du radicalisme".

Le député libéral a également repris à son compte l'idée selon laquelle "le voile était l'étendard de l'islamisme". M. Ducarme a affirmé qu'il n'était pas le seul à penser de la sorte. Des parlementaires d'autres partis seraient sur la même longueur d'ondes que lui, en particulier au PS. "Ils pensent comme moi mais ils n'osent pas le dire".

Dans les rangs socialistes, le député bruxellois Jamal Ikazban a toutefois pris la défense de sa coreligionnaire du cdH. "L'insulte, c'est toujours l'arme du faible", a-t-il souligné sur Twitter. Et de fustiger ce qui lui apparaît comme une stratégie électorale des Réformateurs: "Si le MR de Denis Ducarme doit prendre exemple sur Sarkozy-UMP, alors (il ne) faut pas se voiler la face, le MR va courir derrière l'extrême-droite".

Jeudi, le vice-premier ministre MR, Didier Reynders, avait lui aussi évoqué cette question dans un entretien accordé au "Vif", en des termes plus posés que ceux de M. Ducarme: "Si on tolère le voile au parlement, on va aussi le tolérer au gouvernement?", se demandait-il.

Le Vif.be, avec Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires