"Si on doit proclamer un état d'urgence, c'est l'état d'urgence sociale"

18/09/16 à 18:53 - Mise à jour à 18:50

Source: Belga

Le PTB a appelé à l'état d'urgence social dimanche au cours d'un week-end de "Manifiesta" qui a battu des records d'affluence: 19.000 personnes se sont rendues à Bredene pour les festivités du parti de gauche radicale.

"Si on doit proclamer un état d'urgence, c'est l'état d'urgence sociale"

Peter Mertens © Belga

La semaine passée, à quelques kilomètres de là, la N-VA a profité de sa Fête des familles pour réclamer davantage de mesures en matière de sécurité, notamment la possibilité de décréter l'état d'urgence.

"Si dans ce pays, M. De Wever, on doit proclamer un état d'urgence, alors c'est l'état d'urgence sociale", a lancé le président Peter Mertens.

Le PTB a rappelé quelques-unes de ses revendications, notamment la création d'une banque publique avec monopole d'Etat, la fin de la redevance télé en Wallonie, l'établissement d'un cadastre des fortunes et l'instauration d'une taxe des millionnaires. "Nous voulons respirer, nous voulons des nouveaux investissements, nous voulons la taxe des millionnaires. Ca, c'est notre choix et nous ne lâchons pas", a ajouté M. Mertens.

Le parti juge trop timide la réforme annoncée des pensions des parlementaires et met en avant les règles strictes de rémunération de ses mandataires, à l'image de la maire de Barcelone, Ada Colau, qui a réduit son salaire de 60%. "Elle est tellement ordinaire qu'elle en est spéciale. C'est ce qu'on dit d'elle. C'est quand même incroyable: les gens n'ont plus l'habitude qu'il y ait des politiciens démocratiques et honnêtes. Et bien nous exigeons ce côté ordinaire", a souligné le président.

Le PTB connaît un essor spectaculaire en Wallonie où un sondage récent le classe à la troisième place. Il doit une partie de son succès à une présence importante et bien organisée sur le terrain. "Le PTB est là où les autres partis ne sont plus depuis longtemps", a affirmé M. Mertens qui a annoncé la mobilisation de son parti en vue des manifestations à venir contre le TTIP et contre la politique du gouvernement fédéral.

La "Manifiesta" a pris cette année des accents hispaniques avec la participation d'Aleida Guevara, fille du "Che", et du chanteur Manu Chao.

Nos partenaires