"Si le FDF était éjecté, le déshonneur ne serait pas pour nous"

07/06/14 à 15:16 - Mise à jour à 15:16

Source: Le Vif

Le président des FDF Olivier Maingain a affirmé samedi, au cours du "Grand Oral" (La Première-RTBF, Le Soir) ne pas croire que le PS et le cdH lâcheraient son parti à Bruxelles à la demande d'un parti flamand, au profit d'une coalition fédérale sans la N-VA.

"Si le FDF était éjecté, le déshonneur ne serait pas pour nous"

© Image Globe

"PS et cdH devraient alors dire que finalement les majorités à Bruxelles et à Namur sont décidées par un parti du nord du pays. Le déshonneur ne serait pas pour moi. C'est à eux de savoir, mais je ne crois pas un seul instant que cela soit dans leur état d'esprit", a affirmé M. Maingain.

Il répondait à la question de la cohésion du PS et du cdH avec son parti, si ces deux formations étaient sollicitées par un parti flamand pour former une coalition fédérale sans la N-VA.

La formation d'un gouvernement bruxellois est actuellement bloquée par les réticences des états-majors du CD&V et de l'Open Vld à ce que leurs régionales bruxelloises engagent des négociations avec une tripartite francophone PS-FDF-cdH, en raison de la présence des Fédéralistes démocrates francophones.

Olivier Maingain a répété qu'il considérait ces réticences comme passagères, notamment au vu du système bruxellois de double majorité: une francophone, une néerlandophone, négociées séparément avant d'être agrégées pour former le gouvernement bruxellois.

"Je crois que cela a été plus un petit coup de chaleur de certains qui se sont dit: ah! , il y a de fait eu une conséquence de l'annonce des majorités francophones pour la N-VA, qui est échec et mat au niveau fédéral", a-t-il affirmé.

"Et, donc, peut-être que les partis flamands qui spéculaient tantôt sur un jeu préférentiel avec la N-VA au fédéral, ou tantôt qui espéraient que ce soit plutôt elle qui se mette hors-jeu, ont découvert que ce sont les francophones qui l'ont mise hors-jeu. Ça, c'est bon pour la stabilité du pays et c'est bon pour l'avenir des Régions", a-t-il commenté.

Nos partenaires