Service du dimanche à la prison d'Andenne après quatre évasions

10/10/11 à 11:38 - Mise à jour à 11:38

Source: Le Vif

Dans la mi-journée dimanche, quatre détenus se sont évadés de la prison d'Andenne en prenant deux gardiennes en otage. Trois d'entre eux ont été repris dans l'après-midi, après une course poursuite avec la police.

Service du dimanche à la prison d'Andenne après quatre évasions

© Image Globe

La prison d'Andenne fonctionne aujourd'hui comme lors d'un service du dimanche. Ce régime sera maintenu jusqu'à mardi après-midi, a indiqué le secrétaire du bureau fédéral Justice. Le personnel de la prison attend la réunion qui aura lieu à 15h00, avec le ministre de la Justice, Stefaan De Clerck, et l'assemblée générale prévue mardi à 14h00 avec les permanents nationaux.

"Service du dimanche signifie que les repas et la sécurité sont assurés et que les détenus reçoivent leurs médications, mais qu'il n'y a pas de douches ou d'ateliers notamment", précise le secrétaire.

Les sorties au préau et les visites sont également suspendues jusqu'au moins mardi après-midi, en fonction de l'évolution des événements. "Une prise d'otages de ce genre laisse des traces. Je pense qu'il faut laisser au personnel le temps de reprendre ses esprits", a-t-il conclu.

A la recherche de solutions

Les détenus qui tentent de s'évader des prisons belges y parviennent souvent en prenant en otage du personnel. "Chacun sait que nous sommes confrontés à un problème d'évasions avec prise d'otages", souligne Laurent Sempot de l'administration pénitentiaire qui ajoute qu'il faudrait peut-être arrêter d'ouvrir les portes des prisons lorsqu'un détenu prend en otage un gardien. A cet égard, la Belgique constitue une exception.

Mais les syndicats CGSP et CSC y sont opposés. "Actuellement, la règle prévoit que le personnel des prisons retarde une tentative d'évasion avec prise d'otage et cela pour permettre aux policiers d'arriver sur place et de l'empêcher. Si les gardiens doivent empêcher l'évasion en n'ouvrant pas les portes, on prend un risque irresponsable", selon Luc Neirynck (ACV).

Laurent Sempot affirme que la décision n'est pas encore prise. "Un audit est en phase finale et à la fin de cette semaine, le ministre de la Justice aura les résultats. C'est lui qui devra décider, même si cela n'est pas facile", souligne-t-il.

Un détenu toujours dans la nature

Hamza Freha, le fugitif toujours recherché par la police, a été condamné pour trafic de stupéfiants. "Il n'a toujours pas été localisé. Les patrouilles mènent leurs recherches autour de Huy. Et le recours aux chiens pisteurs n'a donné aucun résultat, à cause des conditions climatiques", a indiqué le procureur du Roi de
Namur, Philippe Dulieu, lors d'une conférence de presse.

"Vu le modus operandi et l'usage d'arme blanche, le détenu peut être dangereux. Il s'est évadé avec d'autres personnes au passé judiciaire lourd et violent. Il a été condamné pour trafic de stupéfiants, mais il est seul dans la nature et sans ressources, il se peut qu'il commette un acte de violence", a précisé le procureur du Roi de Namur.

Hamza Freha s'était déjà évadé de la prison de Namur en décembre 2009. Avec un complice, le prisonnier avait pris une gardienne pénitentiaire en otage lors d'une promenade au préau. L'homme avait été retrouvé le lendemain de son évasion dans une grange de Warisoulx.

En état de choc, les deux gardiennes prises en otage dimanche ont toutes deux été hospitalisées. L'une d'elles est blessée à la main.

Le Vif.be, avec Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires