"Sérieuses inquiétudes" de l'UE après l'exécution d'un chef religieux chiite en Arabie

02/01/16 à 17:07 - Mise à jour à 17:07

Source: Belga

(Belga) L'Union européenne a exprimé samedi ses "sérieuses inquiétudes" après l'exécution par l'Arabie saoudite du chef religieux chiite Nimr Baqer al-Nimr, figure de la contestation contre le régime.

"Sérieuses inquiétudes" de l'UE après l'exécution d'un chef religieux chiite en Arabie

"Sérieuses inquiétudes" de l'UE après l'exécution d'un chef religieux chiite en Arabie © BELGA

"Le cas spécifique du cheikh Nimr al-Nimr soulève de sérieuses inquiétudes sur la liberté d'expression et le respect des droits civils et politiques de base, qui doivent être préservés dans tous les cas, y compris dans le cadre de la lutte contre le terrorisme", a déclaré la chef de la diplomatie européenne Federica Mogherini, citée dans un communiqué. L'Arabie saoudite a exécuté au total 47 personnes condamnées pour "terrorisme", dont ce chef religieux chiite, suscitant l'indignation dans le monde chiite et en particulier en Iran. Téhéran a menacé de faire payer "un prix élevé" à Ryad pour cette mort. "Ce cas a le potentiel d'enflammer un peu plus les tensions sectaires qui font déjà beaucoup de dégâts dans la région, avec des conséquences dangereuses", estime encore Federica Mogherini. L'UE appelle ainsi le royaume à "promouvoir la réconciliation entre les différentes communautés" qui le composent et demande à toutes les parties de faire preuve de "retenue et de responsabilité". Dans le même communiqué, la haute représentante réitère la "forte opposition" de l'UE à la peine de mort, en particulier dans le cadre d'exécutions de masse. Le cheikh Nimr Baqer al-Nimr, 56 ans, était un virulent critique de la dynastie sunnite des Al-Saoud, figure de proue du mouvement de contestation qui avait éclaté en 2011, dans la foulée des printemps arabes, dans l'est de l'Arabie où vit l'essentiel de la minorité chiite. (Belga)

Nos partenaires