Semaine culturelle du Kurdistan - Un "couac" administratif a mené à une prise de décision tardive, admet Yvan Mayeur

19/09/16 à 22:53 - Mise à jour à 22:55

Source: Belga

(Belga) Le collège des bourgmestre et échevins a décidé lundi d'autoriser l'organisation de la semaine culturelle du Kurdistan sur la place d'Espagne, a annoncé officiellement lundi soir le bourgmestre Yvan Mayeur (PS), durant la séance du conseil communal. Selon le bourgmestre, les organisateurs avaient introduit une demande dans ce sens en juin dernier. Mais à la suite d'un "couac administratif", le collège n'en avait été saisi qu'il y a quelques jours.

Semaine culturelle du Kurdistan - Un "couac" administratif a mené à une prise de décision tardive, admet Yvan Mayeur

Semaine culturelle du Kurdistan - Un "couac" administratif a mené à une prise de décision tardive, admet Yvan Mayeur © BELGA

"L'erreur a été commise chez nous, pas chez eux. Compte tenu de cela, j'ai redemandé l'avis de la police", a expliqué le bourgmestre, interrogé par Catherine Lemaître. La troisième édition de la "Semaine Culturelle du Kurdistan", un événement qui doit se tenir du 22 au 25 septembre place d'Espagne à Bruxelles, avait été interdite mercredi dernier par le Collège communal de la Ville de Bruxelles. L'"Institut Kurde" avait décidé vendredi d'introduire un recours au Conseil d'Etat contre cette décision. L'auditeur du Conseil d'Etat lui à donné raison, au cours de l'audience de lundi. L'arrêt est attendu mardi. L'événement devrait commencer un jour plus tard. Lundi soir, M. Mayeur a expliqué que la décision initiale d'interdire cet événement avait été dictée par la surcharge d'événements à encadrer et à gérer dans le Pentagone (800 manifestations à caractère politique par an et 1.000 manifestations sociales et culturelles), le tout dans le contexte de la menace terroriste. "Mais il n'y avait pas d'autre raison que d'éviter une surcharge de travail aux forces de l'ordre. Nous n'avons aucun problème avec les Kurdes et le Kurdistan", a-t-il ajouté, faisant par ailleurs une allusion voilée à son refus, il y a un an, d'autoriser un show à caractère électoral du président turc Recep Erdogan dans l'un des palais du Heysel. (Belga)

Nos partenaires