Selon Vande Lanotte, la stratégie de la N-VA vise les élections communales

16/05/11 à 10:28 - Mise à jour à 10:28

Source: Le Vif

Pour Johan Vande Lanotte (sp.a), les dernières déclarations de la N-VA en faveur d'une coalition regroupant du côté flamand la N-VA, le CD&V et l'Open Vld s'inscrivent dans la préparation des élections communales. "On camoufle la sortie par des remarques de contenu mais en fait on prépare les communales", a-t-il dit à la VRT lundi matin.

Selon Vande Lanotte, la stratégie de la N-VA vise les élections communales

© Belga

Le président de la N-VA Bart De Wever s'est clairement exprimé au cours du week-end pour une coalition fédérale regroupant du côté flamand la N-VA, le CD&V et l'Open Vld. Le vice-président Ben Weyts a abondé dans le même sens. Pour lui, il s'agit d'un choix logique puisque ces trois partis "sont les plus proches les uns des autres tant sur le plan communautaire que sur le plan socio-économique".

Lundi matin, à la VRT, Ben Weyts a reconnu qu'on était loin d'un accord. "Un accord pour l'été est loin d'être acquis mais je suis d'avis qu'il doit être possible à tout le moins de prendre une initiative pour déterminer les partenaires et désigner un formateur", a-t-il dit.

Le vice-président de la N-VA ose réutiliser le qualificatif "crucial" pourtant déjà usé jusqu'à la corde. Pour lui, on entre dans "une période cruciale". "Les positions sont claires. C'est l'avantage d'avoir discuté déjà longtemps. On connaît toutes les pistes et leurs alternatives", a-t-il noté.

Pour Johan Vande Lanotte, qui a été chargé d'une mission de conciliation par le Roi avant l'entrée en piste de Didier Reynders et puis de Wouter Beke, la N-VA et PS sont retombés dans des calculs stratégiques ces deux à trois dernières semaines. L'approche centre-droite que prône la N-VA est selon lui notamment destinée à contrer la "politique ferme" que le sp.a mène dans plusieurs villes flamandes.

Par ce choix, dit M. Vande Lanotte, la N-VA se rend tout à fait dépendante du MR "alors qu'il est peu probable que ce parti - avec le FDF d'Olivier Maingain - accepte un accord sur BHV".

La vice-première ministre PS Laurette Onkelinx revient pour sa part, dans le quotidien De Morgen, avec la possibilité de donner plus de pouvoirs au gouvernement en affaires courantes. Pour cela, le gouvernement sortant pourrait demander la confiance au parlement ce qui serait "mieux et plus démocratique". Pour elle, le prochain chargé de mission royale devrait tenter de faire la clarté sur ce point.

Le Vif.be, avec Belga

Nos partenaires