Sécurité ferroviaire : la SNCB et Infrabel épinglés par la Cour des comptes

30/08/10 à 17:02 - Mise à jour à 17:02

Source: Le Vif

Le rapport de la Cour des comptes s'inscrit dans le cadre du travail parlementaire qui a débuté après la catastrophe de Buizingen, qui a coûté la vie à 19 personnes et fait 150 blessés le 15 février dernier.

Sécurité ferroviaire : la SNCB et Infrabel épinglés par la Cour des comptes

© Belga

D'après ce rapport, des indications montrent qu'il était possible d'améliorer l'organisation et le management des projets GSM-R et ETCS lors de la période étudiée, c'est-à-dire entre 1999 et 2009.

C'est maintenant au parlement de déterminer dans quelle mesure la mauvaise gestion et le manque de management des projets cités ont entraîné du retard dans la mise en place des systèmes de sécurité. La Cour des comptes souligne toutefois que "la complexité des projets (GSM-R et ETCS) ne peut pas être minimalisée". Le système GSM-R permet de converser et de communiquer des données alors que l'ETCS est le système européen d'assistance des trains.

L'organisation des systèmes de sécurité pour les trains, GSM-Rail et European Train Control System (ETCS), de la SNCB et Infrabel, peut être améliorée, tout comme le suivi de ces projets d'investissement, a estimé la Cour des comptes dans son nouveau rapport sur la sécurité ferroviaire.

Le rapport sur la sécurité ferroviaire a été envoyé le 16 août au secrétaire d'Etat à la Mobilité Etienne Schouppe (CD&V), à la ministre des Entreprises Publiques Inge Vervotte (CD&V), au président de la Chambre André Flahaut (PS), à Infrabel, à la SNCB et à la SNCB Holding.

Etienne Schouppe ne fait aucun commentaire Etienne Schouppe a confirmé avoir reçu le rapport. "Il a réagi par écrit auprès du Premier Président de la Cour des comptes. Il s'attend à pouvoir bientôt exposer ses arguments devant la commission parlementaire. D'ici là, il ne fera aucun commentaire", a déclaré son porte-parole Jan Pauwels.

Etienne Schouppe a passé une grande partie de sa carrière à la SNCB, dont il était l'administrateur délégué entre 1987 et 2002. Il a ensuite débuté sa carrière politique.

Le Vif.be, avec Belga

Nos partenaires