Sécurité des centrales nucléaires: la Belgique promet de mieux communiquer

18/01/16 à 18:13 - Mise à jour à 18:13

Source: Belga

La Belgique communiquera mieux avec ses pays voisins sur ses centrales nucléaires et donnera accès à leurs sites à des spécialistes néerlandais, allemands et luxembourgeois, a indiqué le cabinet du ministre de l'Intérieur Jan Jambon, qui a rencontré lundi la secrétaire d'État luxembourgeoise au Développement durable Camille Gira sans parvenir à la rassurer.

Sécurité des centrales nucléaires: la Belgique promet de mieux communiquer

© Image Globe

Les mesures de sécurité des centrales nucléaires ont été présentées à Mme Gira. Ces dernières semaines, des questions ont été soulevées au Luxembourg, mais également aux Pays-Bas et en Allemagne, sur la sécurité des centrales belges, qui ont fait l'objet de plusieurs mises à l'arrêt et relances ces derniers temps.

D'après Jan Jambon, le contrôle par des spécialistes étrangers n'est pas une nouveauté. "La Belgique effectue par exemple déjà des contrôles croisés avec la France. Ce n'est pas vraiment un pays qui vient en contrôler un autre. Il s'agit plutôt d'échanger les meilleures pratiques", a expliqué le ministre.

Ces inspections se concentrent sur la partie nucléaire des centrales et non sur celle non-nucléaire, où ont eu lieu les récents incidents.

"Nous ne sommes pas rassurés parce que nous n'avons pas reçu de réponse à toutes nos questions", a déclaré Olaf Münichsdorfer, un conseiller au ministère luxembourgeois de l'Environnement ayant assisté à la réunion.

Le renforcement annoncé de la communication et les visites dans les centrales constituent "deux points positifs", a reconnu M. Münichsdorfer. "Ils nous ont dit qu'ils faisaient entièrement confiance à l'AFCN, mais il s'agit aussi d'une responsabilité politique. Une nouvelle centrale avec cette qualité de cuve ne serait jamais autorisée, c'est la critique principale", a-t-il ajouté en évoquant la saga des cuves fissurées de la centrale de Tihange, à 80 km de la frontière luxembourgeoise.

"Les Luxembourgeois ont une autre vision du nucléaire, mais c'est un choix politique", a-t-on relevé au cabinet du ministre Jambon.

La ministre fédérale allemande de l'Environnement, Barbara Hendricks, a elle aussi demandé des éclaircissements sur les cuves fissurées.

Mercredi, M. Jambon effectuera une inspection de la centrale de Doel avec la ministre néerlandaise de l'Environnement Melanie Schultz. Une visite similaire à Tihange a été proposée à l'Allemagne. Le Luxembourg échangera ses évaluations sur Tihange avec celles de l'Allemagne, a souligné M. Münichsdorfer.

En savoir plus sur:

Nos partenaires