Sécurité aérienne: Belgocontrol dit-il la vérité ?

13/10/16 à 20:15 - Mise à jour à 20:15

Source: Belga

L'Union belge Contre les Nuisances des Avions (UBCNA) et l'association du Brabant Wallon "Piste 01 ça suffit" ont dénoncé jeudi les informations, selon elles, "fausses", transmises par Belgocontrol à la presse, au sujet de l'incident survenu le 5 octobre dernier à l'aéroport de Bruxelles-National.

Sécurité aérienne: Belgocontrol dit-il la vérité ?

© Belga

Selon les deux associations, Belgocontrol a tenté dans un premier temps de cacher cet incident relayé par un site basé aux Etats-Unis. Pour les deux associations, Belgocontrol ne dit pas non plus la vérité en maintenant que le choix de la piste 01 à l'atterrissage était justifié le mardi 5 octobre 2016 à 20h40: le vent observé pendant toute la journée était de secteur est alors que la piste 01 est orientée plein nord. D'après elles, la piste 07 aurait du être utilisée au cours de la journée pour les atterrissages. De plus, en cours de journée, les rafales de vent d'est ont dépassé 20 noeuds, entraînant une utilisation non réglementaire de la piste 01 à l'atterrissage avec plus de 22 noeuds de vent de travers, raison de plus pour recourir à la piste 07 au cours de la journée pour les atterrissages.

Avançant les données de vent au moment précis de l'incident sur les différentes pistes de l'aéroport, les associations ont par ailleurs reproché à Belgocontrol de ne pas avoir appliqué strictement les instructions ministérielles, contrairement à ce que l'organisme prétend, en particulier celles du 15 mars 2012 et du 17 juillet 2013 "qui ne laissent la porte ouverte à aucune interprétation conflictuelle". Elles ont enfin souligné que l'audit d'Eurocontrol présenté par Belgocontrol comme dépourvu de remarques en la matière ne porte pas sur le respect des normes de vent et des changements de piste, compétence dévolue à la Direction générale du transport aérien (DGTA), saisie de plusieurs dossiers.

L'incident à Brussels Airport est classé "sérieux" selon les règles internationales

L'incident survenu le 5 octobre à l'aéroport de Bruxelles a été classé "sérieux" selon les règles de l'Organisation de l'Aviation civile internationale (OACI), a indiqué jeudi le ministre fédéral de la Mobilité, François Bellot, à la Chambre en réponse à des questions de Georges Dallemagne (cdH) et Véronique Caprasse (DéFI).

Ce soir-là, un avion au décollage a manqué de percuter un avion à l'atterrissage. L'incident a été signalé à l'autorité de surveillance belge (BSA). Le classement dans la catégorie "sérieux" entraîne l'ouverture d'une enquête par l'AAIU (Air Accident Investigation Unit) qui a, conformément à la procédure, averti les autorités des pays d'origine des avions et des pilotes. Celles-ci ont fait savoir qu'elles coopéreraient à l'enquête.

Quand celle-ci sera bouclée, l'AAIU transmettra son rapport au SPF Mobilité ainsi qu'aux compagnies et pays concernés. Les deux députés de l'opposition ont dénoncé l'utilisation abusive de la piste 01 sur laquelle a eu lieu l'incident et demandé un rapport complet et transparent sur ce point. Des riverains de l'aéroport ont adressé de nombreuses plaintes à ce sujet ces derniers jours.

Avant même l'incident, le ministre a donc demandé la réalisation d'un audit par la Direction générale du Transport aérien (DGTA) sur le choix des pistes entre le 3 et le 10 octobre. "Il est rare qu'un ministre demande ce type d'audit mais j'ai décidé de le faire", a précisé M. Bellot.

Face au fédéral, le cdH et le PS s'impatientent

Le cdH et le PS ont fait part jeudi de leur impatience, face à l'attente, selon eux trop longue, de mesures à prendre au niveau fédéral dans le dossier de la gestion des nuisances des avions et des routes à emprunter par ceux-ci.

Le chef de groupe cdH au parlement bruxellois et bourgmestre de Woluwe-Saint-Pierre, Benoit Cerexhe, a dit réagir "avec effroi et un sentiment de révolte, face aux informations selon lesquelles un accident aérien a été évité de toute justesse la semaine dernière entre deux avions en phase de décollage pour l'un, d'atterrissage pour l'autre, sur le tarmac de Zaventem". Pour lui, cet incident renvoie à l'incurie du gouvernement fédéral, et aussi à la manière "partiale, partisane et scandaleuse dont Belgocontrol met en oeuvre aujourd'hui le système de choix d'utilisation des pistes à Bruxelles-National, en violation totale des instructions ministérielles". Le chef de groupe cdH au Parlement bruxellois a en outre dénoncé la "parfaite désinvolture avec laquelle les ministres (Jacqueline) Galant, hier, et (François) Bellot aujourd'hui, gèrent le dossier aéroportuaire, en traitant avec beaucoup plus d'égards les compagnies aériennes, la Région flamande et les gestionnaires de l'aéroport que les revendications de la Région bruxelloise et demandes légitimes de centaines de milliers de personnes toujours survolées malgré plusieurs décisions judiciaires.

Le chef de file du cdH bruxellois a invité le gouvernement fédéral à se saisir "enfin" sur le champ de ce dossier dans lequel il vogue, avec Belgocontrol dans le déni complet des décisions de Justice de 2005 et de 2014.

De son côté, le député bruxellois PS Ridouane Chahid a également demandé au ministre Bellot de "sortir de son immobilisme". Pour lui, le MR a été "bâillonné par les partis flamands qui refusent toute avancée sur le dossier du survol de Bruxelles".

"Nous vous demandons d'aboutir rapidement à une solution qui respecte l'ensemble de la population", a-t-il dit à l'attention du ministre fédéral. Pour le PS, a-t-il rappelé, il est primordial d'envisager à terme la fermeture de l'aéroport entre 22h00 et 07h00, de limiter le nombre de mouvements aériens, de respecter de manière stricte les normes de bruit encadrant le survol de Bruxelles. Autres demandes: l'installation rapide d'une autorité indépendante de contrôle des nuisances liées au survol des habitations, la mise en place d'un fonds d'indemnisation pour les riverains d'aéroport pour financer des travaux d'isolation ou d'expropriation, et le respect strict du contenu de toutes instructions ministérielles, et décisions de justice: de ce fait la piste d'atterrissage 01 doit retrouver son statut de piste alternative et secondaire.

Nos partenaires