Se rendre chez le médecin sans un euro en poche

15/04/15 à 12:33 - Mise à jour à 12:33

Source: De Morgen

Un groupe d'experts plaide pour un paiement direct de la mutuelle vers le médecin, et ce afin de permettre même aux plus démunis d'aller régulièrement se faire soigner.

Se rendre chez le médecin sans un euro en poche

© Gajus/istock

Vingt-deux médecins spécialisés, professeurs et experts ont défendu, dans les colonnes de De Morgen, la possibilité de mettre en place un système qui permettrait d'aller chez le médecin sans un euro en poche. Un tel système, selon eux, favoriserait l'accès pour tous aux soins de santé, tout en augmentant la qualité de ceux-ci. "Laissez aller des personnes sans argent chez les médecins", tel est le leitmotiv de ces 22 experts .

On ne peut pas dire que cette idée est nouvelle, mais c'est la première fois qu'elle est reprise à l'unisson par un groupe aussi large d'experts reconnus du monde médical et de la lutte contre la pauvreté. Ceux-ci préconisent donc un système "sans argent" où la mutuelle rémunèrerait directement les médecins.

Actuellement 900.000 Belges ne vont pas voir leur généraliste faute d'argent. Ce système permettrait de faire disparaître cette situation. Un chiffre énorme qui positionne notre pays très bas sur l'échelle de l'accessibilité de tout un chacun aux soins de santé de base.

La mutuelle

La raison de cette mobilisation est l'introduction, à partir du 1er juillet prochain, d'un nouveau système où les médecins seront payés par la mutuelle pour les malades touchant des allocations. Cela concerne 1,9 million de personnes.

Selon ces experts, il faut ouvrir et généraliser cela à toute la population, comme c'est en général le cas dans la plupart des pays de l'Union européenne. Ils proposent donc la suppression d'un paiement du patient vers le médecin et soutiennent que la Belgique est encore l'un des rares pays européens où ce système est en pratique.

Els Cleemput, la porte-parole de Maggie De Block (Open Vld), ministre de la Santé, balaye l'idée en argumentant qu'elle n'est pas viable financièrement. "Si vous voulez des soins de santé de qualité, alors il doit aussi y avoir une contribution du patient. Sinon, les frais pour ces soins seront impayables pour le gouvernement. Nous prévoyons d'investir cette année 40.000.000 d'euros pour un nouveau médicament contre l'hépatite B . Avec ce qui est proposé, nous ne pourrions pas le faire... Il doit y avoir une place pour l'innovation et la recherche".

Un système plus équitable

Pourtant, ces 22 médecins et professeurs estiment que leur proposition est réalisable. "Le montant total du ticket modérateur pour les consultations et les visites à domicile s'élève à 170 millions d'euros par an. Ces coûts seront couverts, car il y aura une réduction de la perte de temps, de la paperasserie et du côté administratif assurés par le médecin, le patient, la mutuelle et l'assurance maladie."

Ils soulignent également que ce système est en plus équitable, car le coût total pour les soins de santé est ainsi pris en charge par tout le monde via l'assurance maladie, réduisant ainsi les inégalités d'accès.

Par contre l'Association belge des syndicats médicaux (Absym) n'est pas favorable à cette proposition, craignant qu'elle conduise à une surconsommation des soins de santé avec des remboursements différés.

(De Morgen/Dominique Soenen)

Nos partenaires