Sanctions alourdies pour les chômeurs qui fraudent aux allocations

23/01/15 à 09:48 - Mise à jour à 09:47

Source: Belga

Le ministre fédéral de l'Emploi Kris Peeters (CD&V) va alourdir sensiblement les sanctions à l'égard des chômeurs en matière de fraude aux allocations.

Sanctions alourdies pour les chômeurs qui fraudent aux allocations

© Belga

Trois grandes mesures vont être mises en place: l'augmentation de la durée minimale des sanctions qui planent au-dessus de la tête des fraudeurs, la disparition de la souplesse dans l'application de ces sanctions, et une action renforcée de la police, détaillent vendredi les journaux du groupe Sudpresse.

La durée minimale des sanctions passera bientôt d'une à quatre semaines. La souplesse qui était laissée à l'Onem dans l'application de ces sanctions disparaît. "La possibilité qui existait dans la réglementation chômage actuelle d'assortir ces sanctions d'un sursis total ou partiel sera supprimée", annonce le ministre.

Ces décisions, une fois prononcées, seront donc toutes exécutées immédiatement, sans laisser de seconde chance à l'intéressé. Enfin, "la collaboration avec les services de police sera renforcée en ce qui concerne le contrôle des situations familiales".

En savoir plus sur:

Nos partenaires