Sanctionné pour avoir voté contre l'interdiction du voile ?

01/04/10 à 09:32 - Mise à jour à 09:32

Source: Le Vif

Un élu CDH de Charleroi a refusé de voter l'interdiction du voile pour les professeurs de l'enseignement communal. Il a été sanctionné, ont révélé deux quotidiens jeudi matin. La chef de groupe CDH dément.

Sanctionné pour avoir voté contre l'interdiction du voile ?

© Belga

Le conseiller communal cdH à Charleroi Mohamed Fekrioui, seul élu de la majorité à avoir voté lundi contre le règlement communal interdisant aux professeurs de l'enseignement carolorégien d'afficher à l'école leur appartenance religieuse, a été prié par sa chef de groupe Véronique Salvi de démissionner de la présidence de la commission communale de l'enseignement, rapportent jeudi Le Soir et La Nouvelle Gazette.

Au cdH, on explique qu'il s'agit d'un simple souci de cohérence par rapport à une obligation de neutralité.

L'intéressé, qui se pliera à la consigne, assure ne pas avoir changé d'attitude par rapport à son parti et souligne que son vote est l'expression d'une position démocratique personnelle qu'il estime avoir le droit de faire entendre. "En me réprimant pour ma loyauté, mon parti envoie un très mauvais message à la communauté qui m'a élu sur ses listes", fait-il valoir.

Sanctionné pour avoir voté contre l'interdiction du voile : Salvi et Fekrioui "rectifient"

Dans un communiqué commun exposant les "rectifications" de Véronique Salvi et Mohamed Fekrioui, ceux-ci expliquent s'être parlé jeudi matin à la suite d'articles de presse "car il leur semblait qu'il y avait un réel malentendu entre eux" sur les interprétations à donner après le vote de lundi relatif au règlement d'ordre intérieur des écoles de la ville de Charleroi.

Véronique Salvi y affirme au passage n'avoir jamais envisagé de sanction : "Elle avait suivi, dans une conversation personnelle, un raisonnement purement rationnel relatif à l'adhésion au nouveau règlement relatif à la neutralité de l'enseignement de la ville, sans plus", peut-on lire dans ce communiqué. Et la chef de groupe d'ajouter n'avoir jamais eu l'intention de blesser qui que ce soit et avoir le plus grand respect pour la communauté musulmane et sa religion.

Mohamed Fekrioui, "qui sait combien ses collègues se battent pour le respect de la diversité et des droits des personnes d'origine étrangère, s'engage bien évidemment, à la demande de sa chef de groupe, à respecter le nouveau règlement d'ordre intérieur dans ses fonctions de président de la commission de l'enseignement", indique encore le communiqué dont les auteurs "se réjouissent que ce malentendu malheureux soit ainsi définitivement aplani".

LeVif.be, avec Belga

Nos partenaires