Samusocial: un séminaire entre cabinettards socialistes qui "frise le délit d'initié"

15/07/17 à 09:53 - Mise à jour à 13:20

Source: Belga

Des représentants des cabinets du ministre-président Rudi Vervoort (PS) et du ministre bruxellois Pascal Smet (sp.a) étaient à un séminaire du Samusocial à Spa en février dernier, ressort-il d'un courrier qui a été transmis à la commission d'enquête parlementaire qui se penche sur l'ASBL.

Samusocial: un séminaire entre cabinettards socialistes qui "frise le délit d'initié"

© Belga

A lire aussi: Pour Rudi Vervoort, le PS n'a pas "fauté" dans l'affaire du Samusocial

A lire aussi: Fremault veut changer de majorité à Bruxelles, Vervoort prend acte

L'Echo relaie l'information dans ses pages samedi, ainsi que la réaction outrée de la ministre cdH Céline Fremault, qui appelle Olivier Maingain à réfléchir à une "majorité alternative".

Le courrier daté du 22 février 2017 est envoyé par le directeur financier du Samusocial, Aurélien Doffigny, à tout le management, et concerne l'organisation pratique d'une "mise au vert" en gîte, quelques jours plus tard. Baptiste Delhauteur, le directeur de cabinet adjoint de Rudi Vervoort, y est cité, ainsi que Tina Martens, la directrice de cabinet adjointe de Pascal Smet et commissaire du gouvernement bruxellois au Samusocial. L'autre commissaire de gouvernement, la représentante de la ministre Céline Fremault (cdH), n'a pas été sollicitée pour participer à cette mise au vert.

Contacté par L'Echo, Baptiste Delhauteur confirme avoir été présent "une seule journée, afin de discuter de la problématique du financement des bâtiments". Pascal Smet indique quant à lui que Tina Martens avait demandé et reçu l'autorisation de se rendre au séminaire, à ses propres frais.

Pour la ministre cdH Céline Fremault, ce nouvel élément "frise le délit d'initié". "Cela confirme à mes yeux un lien fort et des jeux d'influence derrière mon dos et le fait que le Samu, déjà soupçonné depuis longtemps de mauvaise gestion, dictait les positions politiques du PS régional", regrette-t-elle, plaçant définitivement la problématique à un niveau plus large que la seule commune de Bruxelles-Ville. "Au final, les positions du Samusocial et du PS, c'était chou rouge et rouge chou. C'est bien la preuve que ce n'est pas un scandale limité uniquement à Bruxelles-Ville, contrairement à ce qu'affirme Olivier Maingain", balaie la ministre cdH, qui "propose" au président de DéFI, qui s'affiche très réticent à un bouleversement de majorité à Bruxelles, "de réfléchir avec tous ses mandataires régionaux et locaux à une majorité alternative".

Selon L'Echo, c'est la première fois que le parti de Benoit Lutgen prend clairement ses distances avec le Parti socialiste à Bruxelles.

De Wolf demande l'audition de Vervoort et d'autres

Le chef du groupe MR au parlement bruxellois, Vincent De Wolf (MR) a demandé l'audition en urgence devant la commission d'enquête sur le Samusocial du ministre-président bruxellois Rudi Vervoort (PS), du ministre Pascal Smet (sp.a) ainsi que des deux représentants de leurs cabinets qui ont pris part au séminaire du Samusocial.

"Lorsque le Samusocial reçoit d'importantes sommes d'argent de la Région bruxelloise, il importe que le contrôle soit opéré par le gouvernement bruxellois", a jugé samedi Vincent De Wolf, précisant qu'en tant que membre de la commission d'enquête il contacterait le président de cette commission en vue d'entendre d'urgence MM. Vervoort et Smet ainsi que leurs représentants à ce séminaire.

Il apparaît aux yeux du représentant libéral, que le Samusocial recevait les projets de contrôles qui allaient être mis en place pour être contournés. "Cela éclaire en tout cas d'un jour nouveau des pièces et P-V de réunions antérieures au sujet de l'élaboration du contrat de gestion de l'association, examinées en commission."

Nos partenaires