Sale temps pour les chats en Belgique

02/07/10 à 11:19 - Mise à jour à 11:19

Source: Le Vif

Le nombre de chats abandonnés n'a fait que croître ces dernières années. Chez les chiens, on observe le phénomène inverse. En découle une augmentation des euthanasies pratiquées sur les félins. Une piste de solution avancée par la ministre Onkelinx : la stérilisation.

Sale temps pour les chats en Belgique

© Thinkstock

En 2009, les refuges belges ont recueilli près de 32 350 chiens et 36 800 chats. Soit 1500 chiens de moins que l'année précédente mais 1700 chats de plus qu'en 2008. Le Service Bien-être Animal du SPF Santé publique explique ces résultats par l'identification et l'enregistrement canin obligatoire depuis 1998. Les contrôles restent lacunaires, mais ils existent. Si 59,3% des chiens ont pu être rendus à leur maître, seulement 3% de chats ont retrouvé leurs foyers.

Le SPF écarte la thèse du phénomène de mode. Il y a toujours autant d'amateurs de chats que de chiens. Le Docteur Catherine Terclavers du SPF rajoute : "Un chat est souvent plus attrayant parce qu'il exige moins d'attention qu'un chien. Le problème vient de l'irresponsabilité des propriétaires qui ne prennent pas la peine de stériliser leur animal. La surpopulation des chats est un véritable problème chez nous". Des mesures différentes seront prises selon qu'il s'agisse de chats domestiques, errants ou de refuges.

Un plan pluriannuel de stérilisation à l'initiative de la ministre Laurette Onkelinx, sera donc discuté avec les refuges, les SPA et les éleveurs de chats. "On espère aboutir à des résultats concluants d'ici une dizaine d'années, nombreuses sont les étapes à franchir. L'université de Gand mène actuellement une étude sur la stérilisation précoce. Dès 10 semaines un chaton pourrait peut-être être traité. Nous le saurons en 2012" indique le docteur.

Bien que très mignons, les chatons sont les grandes victimes dans les asiles. Les conditions du refuge sont souvent fatales aux jeunes animaux. Comme dans une règle de trois : tomber malade entraine le désintérêt des propriétaires potentiels, l'euthanasie n'est alors plus qu'à un pas. Aucune loi n'uniformise le délai après lequel on pique les animaux dans les quelques 90 refuges belges. Forcée de l'avouer Catherine Terclavers confie: "Cela dépend de chaque endroit, de leurs moyens financières, des places disponibles". Ainsi, 36% des chats sont euthanasiés chaque année.

"La stérilisation ou la castration des chats domestiques doit faire partie des devoirs citoyens" martèle Michel Vandenbosch, président de Gaia, la Chaîne Bleue Mondiale et Animaux en Péril. La balle est dans le camp du prochain ministre en charge du bien-être animal insistent l'ensemble des organisations.

Eve Boidron

En savoir plus sur:

Nos partenaires