Sacs plastiques - Avec la proposition Marghem, celui qui a les moyens de polluer continuera

22/06/16 à 12:36 - Mise à jour à 12:36

Source: Belga

(Belga) Le ministre wallon de l'Environnement Carlo Di Antonio (cdH) a dénoncé la faiblesse de la proposition de sa collègue fédérale Marie-Christine Marghem (MR) d'imposer un prix minimum aux sacs de caisse avant la fin de la législature, alors que son propre projet, débattu ce mercredi en plénière du parlement wallon, prévoit une interdiction des sacs plastiques à usage unique dès les mois à venir.

Sacs plastiques - Avec la proposition Marghem, celui qui a les moyens de polluer continuera

Sacs plastiques - Avec la proposition Marghem, celui qui a les moyens de polluer continuera © BELGA

"Je conteste la méthode, car des alternatives (au sac plastique) existent déjà". Avec un prix minimum, "celui qui a les moyens de polluer continuera ; on ne vise là qu'une réduction, or l'interdiction est beaucoup plus efficace", a affirmé M. Di Antonio. Si le prix minimum du sac devait être fixé à 50 centimes, "sur une addition de 50 euros, certains n'y regarderont pas et continueront à prendre le sac". Et si l'objectif européen est de descendre à un maximum de 90 sacs par an et par ménage, cela représenterait toujours un budget de 45 euros, a relevé le ministre. Dans l'opposition, Olivier Maroy (MR) a partagé le principe de lutte contre la prolifération des sacs plastiques, mais a déploré le manque de concertation du ministre avec le Fédéral, qui générera des réglementations différentes sur l'ensemble du territoire belge. Il déplore aussi un manque de temps du secteur pour s'adapter. M. Di Antonio a répondu qu'il avait découvert le texte de la ministre ces derniers jours seulement. Une réunion de concertation est prévue le 6 juillet prochain. Quant au secteur, il a disposé de suffisamment de temps et est déjà prêt avec des solutions de sacs réutilisables, selon le ministre. Les arrêtés du décret wallon prévoiront une interdiction des sacs plastiques de caisse à usage unique dès le 1er décembre prochain et une interdiction plus générale des sacs plastiques dès le 1er mars 2017, moyennant certaines dérogations pour des motifs sanitaires (poisson, viande, légumes en vrac) s'il n'existe pas d'alternative. (Belga)

Nos partenaires