Rudi Vervoort se succède à lui-même à la tête de la Région bruxelloise

19/07/14 à 21:10 - Mise à jour à 21:10

Source: Le Vif

Le socialiste Rudi Vervoort rempile à la Région bruxelloise comme ministre-président, un peu plus d'un an après avoir succédé à Charles Picqué. Il conservera notamment le Développement territorial, la Tutelle sur les communes et l'Image de Bruxelles en collaboration avec un vieil adversaire mais aussi compagnon de route politique, l'Open Vld, Guy Vanhengel.

Rudi Vervoort se succède à lui-même à la tête de la Région bruxelloise

© Image Globe

Actuellement toujours moins connu du grand public que son prédécesseur, Rudi Vervoort est toutefois tout sauf un OVNI dans la politique bruxelloise. Il est apparu pour la première fois en 1989 sur les bancs du conseil communal d'Evere, commune où il est né en 1958.

Devenu échevin en 1993, il a succédé à François Guillaume au maïorat de la commune en 1998, fonction qu'il n'a plus quittée depuis.
A la Région bruxelloise, il apparaît pour la première fois sur les bancs du parlement en 1999. Il y a été chef du groupe socialiste entre 2004 et avril 2013.

Il a succédé par ailleurs à Philippe Moureaux, à la présidence de la fédération bruxelloise du PS en février 2011 et jusqu'à son entrée au gouvernement régional en 2013, et à la vice-présidence du parti en juin 2012, ce dernier mandat ayant été repris depuis lors par Charles Picqué, après son départ du gouvernement régional.

Sans cacher une proximité politique avec Philippe Moureaux, Rudi Vervoort sait se montrer homme de compromis, tel qu'en attestent les débats sur plusieurs propositions d'ordonnance au parlement, ou encore l'accueil sur sa liste électorale à Evere, du ministre Open VLD Guy Vanhengel qui n'a jamais fait de secret de la distance politique qui le sépare du Parti Socialiste.

Ce profil lui a été reconnu également par plusieurs de ses collègues de gouvernement au cours de l'année qu'il a passée à la tête de l'exécutif bruxellois et qu'il a mise à profit pour redynamiser l'action de l'exécutif autour de dossiers.

Dès son arrivée, il a réuni les membres de son gouvernement en séminaire à Ostende, son gouvernement engrangeant des accords sur une quarantaine de dossiers en matière de développement urbain, emploi et formation, logement, mobilité, équipements culturels et sportifs, économie, bonne gouvernance.

En dehors de la vie politique, Rudi Vervoort se montre volontiers amateur de bonnes tables et de bon vin. Cet amateur de rock est par ailleurs un festivalier fidèle des prairies de Werchter et du Pukkelpop.

En savoir plus sur:

Nos partenaires