Roger Vangheluwe avoue avoir abusé de deux neveux

14/04/11 à 20:14 - Mise à jour à 20:14

Source: Le Vif

L'ancien évêque de Bruges a avoué avoir abusé deux de ses neveux, actes qui se sont poursuivis pendant treize années pour l'un, moins d'un an pour le second. Tout en affirmant que "cela n'avait rien à voir avec la sexualité".

Roger Vangheluwe avoue avoir abusé de deux neveux

© Belga

L'ancien évêque de Bruges, Roger Vangheluwe, reconnaît avoir abusé sexuellement de deux de ses neveux, dans une interview exclusive diffusée jeudi par VT4. Dans l'émission "Vlaanderen Vandaag", Roger Vangheluwe déclare en outre qu'il n'a jamais abusé d'une nièce et qu'il n'envisage pas d'entrer dans la laïcité.

M. Vangheluwe a exprimé ses regrets dès le début de l'interview. Il s'est expliqué ouvertement sur les abus à l'encontre de ses deux neveux, actes qui se sont poursuivis pendant treize années pourl'un des garçons, moins d'un an pour le second. "Cela n'avait rien à voir avec la sexualité. Je me suis souvent occupé d'enfants et je n'ai jamais ressenti la moindre attirance. C'était de l'intimité qui s'installait".

Et d'ajouter qu'il ne se considérait pas comme un pédophile: "Je n'ai pas du tout l'impression d'être un pédophile. C'était comme une petite relation. Je n'avais pas l'impression que mon neveu y était opposé, que du contraire". "Comment cela a-t-il commencé? Comme dans toutes les familles: quand ils venaient en visite, mes neveux dormaient chez moi. Ca a commencé comme un jeu avec ce garçon. Il n'a jamais été question de viol, ni de violence physique. Il ne m'a jamais vu nu et il n'y a pas eu de pénétration".

Selon M. Vangheluwe, les faits se sont produits plusieurs fois par an, lorsque la famille lui rendait visite, et ils sont devenus une habitude. L'ancien évêque a ajouté qu'il n'avait jamais considéré quel impact pouvait avoir ses actes. "Je n'étais pas conscient que cela avait un tel impact sur mon neveu. Je croyais qu'il s'agissait de choses superficielles".

Il réalisait toutefois que quelque chose n'allait pas dans cette histoire: "naturellement, je savais que ce n'était pas bien, je l'ai confessé plusieurs fois". D'après l'ancien évêque, les abus ont pris fin lorsque le neveu lui a fait comprendre que cette situation ne pouvait plus durer. La victime a mis sa famille au courant de ces agissements et il a été convenu de ne pas les rendre publics.

Le prêtre a souligné qu'il avait versé plusieurs millions de francs à la victime, précisant qu'il ne s'agissait pas d'une manière d'obtenir son silence. Roger Vangheluwe a nié avoir abusé d'une nièce. Il a ajouté que le cardinal Danneels n'était pas au courant des faits avant que la victime n'en fasse état. M. Vangheluwe, enfin, n'envisage pas la laïcité.

A propos de la sanction que Rome lui a infligée, l'ancien évêque a dit ne pas savoir s'il faut la qualifier de "peine". "Un psychiatre a été désigné, avec qui je dois m'entretenir régulièrement. Les faits ont cessé il y a 25 ans. J'ai pu vivre avec cela et très bien travailler".

Interrogé sur le célibat des prêtres, il ne s'est pas prononcé, en remarquant que certains le vivaient difficilement et que d'autres n'y voyaient pas un problème. M. Vangheluwe a affirmé qu'il n'avait jamais couvert aucun prêtre et, selon lui, les religieux doivent être traités par la justice de la même manière que les laïcs. Il a rappelé qu'il avait présenté ses excuses au nom de l'Eglise.

"Si elles (les victimes) sont d'accord avec cela, elles pourront se tourner vers des gens qui pourront les aider. Et alors apprendront-elles peut-être à vivre avec le passé", a-t-il précisé. L'ancien évêque a envisagé le suicide, a-t-il avoué. "Cela vient à l'esprit, je pense, de la plupart de gens mais je trouve, dans un certain sens, que c'est un acte lâche et une fuite. Cela revient à abandonner les gens encore un peu plus".

Les faits commis sur le 2e neveu sont aussi prescrits

Le procureur de Bruges Jean-Marie Berkvens a indiqué vendredi que le parquet était au courant de la deuxième victime d'abus sexuels de l'ancien évêque de Bruges, Roger Vangheluwe. Mais ces faits sont également prescrits, a-t-il précisé dans l'émission De Ochtend, sur Radio 1. M. Berkvens a aussi rappelé que le juge d'instruction bruxellois Wim De Troy enquête toujours sur des faits présumés de négligence coupable au sein de l'Eglise.

Des faits dont les enquêteurs chargés de l'affaire étaient au courant, selon le procureur. "Il présente ce deuxième cas comme une chose peu importante, mais ce n'est pas le cas", insiste-t-il. "Mais ces faits sont aussi prescrits."

L'interview de Monseigneur Vangheluwe ne changera rien à l'affaire traitée à Bruges. Mais le procureur renvoie vers l'enquête toujours en cours à Bruxelles, dans laquelle l'ancien évêque est aussi impliqué. Ce dernier a notamment déclaré jeudi qu'il s'était confessé sur ces abus. "Nous sommes totalement surpris, sans voix, abasourdi après avoir regardé l'interview", a réagi jeudi soir la porte-parole de l'évêché de Bruges, Doenja Van Belleghem, estimant qu'il n'est pas opportun de la part de Roger Vangheluwe de s'exprimer en public à ce sujet et que cela n'aide pas l'Eglise. De son côté, la Conférence des évêques de Belgique n'a pas souhaité faire de commentaires jeudi soir. "Nous avons décidé de ne pas faire de commentaires. Nous devons d'abord laisser cela décanter", a déclaré son porte-parole.

Le théologien Jürgen Mettepenningen se dit "écoeuré"

Jürgen Mettepenningen constate en outre que l'ancien évêque ne ressent pas la sanction qui lui a été infligée par le Vatican comme une sanction. Enfin, le théologien doute également des déclarations de Roger Vangheluwe quand il dit que l'argent qu'il a versé à sa victime ne visait pas à acheter son silence.

LeVif.be, avec Belga

Le théologien Jürgen Mettepenningen a réagi jeudi soir, lors de l'émission Terzake de la VRT, à l'interview accordée par Roger Vangheluwe à la chaîne VT4. "Je suis écoeuré", a-t-il dit. Selon le théologien, ancien porte-parole de Monseigneur Léonard, cette interview lasse apparaître Roger Vangheluwe comme quelqu'un qui ne prend pas conscience de ce qu'il a fait et minimise ses actes.

Nos partenaires