Rodrigo Beenkens, l'humaniste adoré

13/06/18 à 13:50 - Mise à jour à 13:53
Du Le Vif/L'Express du 07/06/18

En Russie, dès le 14 juin, il commentera sa huitième Coupe du monde. Après trente ans de carrière à la RTBF, l'inoxydable Rodrigo Beenkens puise sa verve de ses fières racines belgo-portugaises. Avec un rare souci de l'autre qui ne cesse de l'inspirer, une fois le micro coupé, sur le sens d'une vie comblée par le destin.

" Oh Rodrigo, comment tu vas ? " s'exclame joyeusement Carlos Magalhaes Goncalves, quand il décroche son téléphone depuis le Portugal. Au bout de la ligne, ce n'est pourtant pas son médiatique cousin, mais Le Vif/L'Express. " Non, c'est toi Rodrigo, tu me fais une blague ! " maintient-il, une fois les présentations faites. Rien de surprenant : dans sa grande famille portugaise, Rodrigo Beenkens, qui fêtera ses 55 ans en septembre, est réputé pour endosser le rôle de brincalhão, de blagueur, à l'image de feu son père, Marc, un Bruxellois à la gouaille vibrante. De sa mère, Carmo, originaire du nord du Portugal et décédée il y a vingt-six ans déjà, le célèbre commentateur sportif de la RTBF a hérité d'un rare souci de l'autre, selon ses tantes. Le moteur d'un attachement indéfectible à la famille, à l'amitié, mais aussi à ces causes qu'il soutient dans l'ombre, une fois le micro coupé. " Très peu de gens me connaissent vraiment, parce que j'ai un peu de mal à me livrer ", confesse-t-il, presque gêné quand il s'agit d'aborder, pour une fois, sa propre histoire.
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Lisez 3 articles gratuits par mois

Je m'enregistre Je suis déjà enregistré
ou

Les abonnés du Vif/l'Express bénéficient d'un accès illimité à tous les articles sur LeVif.be

Je prends un abonnement Je suis déjà abonné

Nos partenaires