Reynders : "Si Beke a un problème, il peut m'appeler. Sinon, il se tait"

13/03/13 à 14:40 - Mise à jour à 14:40

Source: Le Vif

Le vice-Premier ministre Didier Reynders a confirmé mercredi avoir fait une mise au point la veille en conseil ministériel restreint pour que cessent les attaques du CD&V à propos de sa politique alors qu'il était titulaire, dans les trois derniers gouvernements, du portefeuille des Finances, tout en assurant que "tout se passe bien au sein du gouvernement" avec ses collègues chrétiens-démocrates flamands.

Reynders : "Si Beke a un problème, il peut m'appeler. Sinon, il se tait"

© Image Globe

"Cela (ces attaques) devrait s'arrêter. On ne peut pas continuer à subir des attaques alors que l'on a assumé une responsabilité à la demande-même du CD&V", a-t-il affirmé à son arrivée à un nouveau conseil restreint, en faisant référence à la garantie accordée en novembre 2011 par l'Etat aux coopérants d'Arco, le bras financier de l'ACW en Flandre et du MOC au sud du pays - la même que celle précédemment octroyée aux détenteurs de livrets d'épargne, à hauteur de 100.000 euros par personne physique.

"Je comprends les difficultés dans lesquelles se trouve le CD&V, mais ce n'est pas une raison pour s'en prendre à ce point-là à un membre du gouvernement", a ajouté M. Reynders, en parlant d'"attaque très claire" lui attribuant une responsabilité dans le dossier Arco.

"J'ai été ministre des Finances durant douze ans, j'en suis très fier. Je crois que ce que j'ai fait tout ce qu'il fallait pour sauvegarder les épargnants belges, y compris 800.000 coopérateurs d'Arco, à la demande du CD&V", a-t-il fait valoir.

Depuis quelques jours, les chrétiens-démocrates flamands et le chef de file des libéraux francophones au gouvernement s'échangent des amabilités sur fond de dossier ACW. Ce week-end, le président du CD&V, Wouter Beke, a remis le couvert en évoquant de nombreuses "bévues" de M. Reynders quand il était aux Finances. Certains soupçonnent M. Reynders d'être à l'origine de fuites dans le dossier ACW et Arco qui a contraint le vice-Premier ministre CD&V, Steven Vanackere, à démissionner.

"S'il (M. Beke) a un problème, il peut m'appeler. S'il n'a rien à dire, il se tait", a sèchement souligné le ministre des Affaires étrangères. Il a par ailleurs assuré que "les choses se passent très bien" avec son nouvel homologue CD&V Pieter De Crem - également ministre de la Défense - et avec le nouveau ministre des Finances, Koen Geens.

En savoir plus sur:

Nos partenaires