Reynders s'envole, la crise reste au sol

07/10/10 à 13:00 - Mise à jour à 13:00

Source: Le Vif

Le vice-premier ministre et ministre des Finances, Didier Reynders, s'est envolé ce jeudi midi pour Washington où il participera aux réunions d'automne du Fonds monétaire international (FMI) et de la Banque mondiale.

Reynders s'envole, la crise reste au sol

© Belga

La présence de celui qui est aussi président du MR à ces réunions est considérée comme d'autant plus essentielle par son cabinet que la Belgique assure actuellement la présidence de l'Union européenne et vu la place que la Belgique occupe au sein de ces institutions. M. Reynders reviendra au pays dimanche.

Cette absence confirme à ce stade que les libéraux ne seront pas invités au Palais dans les prochaines heures.

Le roi consulte Le roi a repris ses consultations jeudi à 11 heures. Après avoir vu mercredi les présidents de la N-VA, du PS, du CD&V et du sp.a, il s'entretient jeudi avec la présidente du cdH Joëlle Milquet, et avec les présidents des partis écologistes, Jean-Michel Javaux (Ecolo) et Wouter Van Besien (Groen!).

Les choses sont très compliquées depuis la fin des négociations institutionnelles décrétées par la N-VA lundi et rien ne semble indiquer que l'atmosphère se soit décrispée. Le fossé est toujours énorme entre les desiderata de Bart De Wever qui voudrait faire entrer les libéraux dans la négociation, et la position du président du PS Elio Di Rupo qui ne veut pas en entendre parler. Or, ces deux partis sont les deux vainqueurs des élections du 13 juin et sont, selon d'aucuns, condamnés à s'entendre.

Verra-t-on plus clair ce jeudi en fin de journée? Le Roi prendra-t-il une initiative après avoir vu les présidents des 7 partis qui négociaient jusqu'à lundi? Aucune indication n'était disponible à ce sujet ce jeudi midi.

Un "défibrillateur" pour ranimer les négociations Un observateur faisait remarquer qu'alors que les négociations sont en état de "mort clinique", il fallait "un choc électrique" et qu'un "défibrillateur" pourrait être une bonne définition pour celui qui devra tenter de sortir de la crise.

Bart De Wever, qui s'est dit "disponible", ce que beaucoup interprètent comme le fait qu'il veut reprendre la main après la phase de préformation menée par Elio Di Rupo, est-il la bonne personne pour une telle mission?

Le Vif.be, avec Belga

Nos partenaires