Réunion en toute discrétion du comité ministériel

12/07/15 à 15:36 - Mise à jour à 15:36

Source: Belga

Le comité ministériel fédéral restreint s'est à nouveau réuni dimanche afin de se pencher sur le budget de cette année et de 2016 ainsi que sur le taxshift.

Réunion en toute discrétion du comité ministériel

© Belga

A l'image du contrôle budgétaire d'il y a quelques mois, le Premier ministre Charles Michel et ses Vice-Premiers se sont retrouvés dans un endroit tenu secret. On s'attend à ce que les négociations s'étendent au-delà du 21 juillet. Les discussions budgétaires promettent de ne pas être une promenade de santé.

Le comité de monitoring a estimé la semaine dernière que l'équipe Michel devrait trouver 1,76 milliard d'euros. Il constate ainsi qu'un effort de 978 millions d'euros devra encore être consenti pour 2015 afin de maintenir l'objectif d'une amélioration du solde structurel de 0,62% de 2014 à 2015.

Pour 2016, le comité de monitoring estime qu'un effort additionnel de 782 millions d'euros devra être réalisé afin de respecter le programme de Stabilité, qui prévoit une amélioration de 0,6% du solde structurel entre 2015 et 2016.

Tous les partis de la majorité ainsi que le Premier ministre ont prévenu plus tôt cette semaine qu'il s'agissait d'une tâche difficile. Au-delà du travail budgétaire au sens strict, on négocie également à propos d'un tax-shift, une opération qui aurait des répercussions sur le budget. Il était à l'origine question d'un glissement des impôts sur le travail vers d'autres sources de revenus.

Au sein de la majorité, les nationalistes de la N-VA et les libéraux veulent joindre à cette opération une baisse de la charge fiscale pesant sur les citoyens. Le CD&V pousse à ce que l'on aboutisse à un accord avant le début des vacances parlementaires. Le comité ministériel restreint s'est déjà réuni vendredi à l'issue du conseil des ministres afin de se pencher une première fois sur les chiffres du comité de monitoring.

Ses membres se sont retrouvés dimanche matin, vers 10h00. Charles Michel a demandé à ses collègues de libérer leur agenda jusqu'au-delà de la Fête nationale du 21 juillet.

En savoir plus sur:

Nos partenaires