Rétrécissement de l'E40 à Bruxelles : Le test sera effectué au printemps

25/11/16 à 17:45 - Mise à jour à 17:45

Source: Belga

La phase-test du projet de limitation du nombre de bandes de circulation de l'E40 en provenance de Liège, à l'entrée de Bruxelles se fera soit au printemps ou plus tard, lorsque la situation sera stabilisée par rapport à d'autres chantiers en cours, a indiqué vendredi le ministre-président bruxellois Rudi Vervoort.

Rétrécissement de l'E40 à Bruxelles : Le test sera effectué au printemps

Image d'illustration © Belga

M. Vervoort était interrogé par plusieurs députés bruxellois (V. De Wolf-MR, C. Delforge-Ecolo; P. Delva-CD&V; C. Van Achter-N-VA; B. Cerexhe-cdH) sur la position du gouvernement bruxellois dans ce dossier, dans la foulée de la sortie du cdH qui a demandé le report de cette phase test, dans le temps en raison des risques de mauvais timing des opérations par rapport à d'autres chantiers en cours à Bruxelles.

A ce sujet, le député-bourgmestre Benoît Cerexhe a souligné qu'aux yeux de son parti, le projet de Park way dans son volet mobilité constituait "un beau projet" mais qu'il y avait un momentum pour le lancer. Vincent De Wolf a relevé à travers une revue de presse les points de vue dissonants provenant de la majorité dans ce dossier au cours des derniers jours. Céline Delforge (Ecolo) a vivement critiqué le fait qu'en dépit de l'unanimité des experts de la mobilité autour du projet, "deux chefs de la majorité (ndlr: cdH et Open Vld) reculent une fois que Touring hurle". Pour Rudi Vervoort, les problèmes de mobilité surviennent en général en amont et en aval de la zone visée par le projet de Park way qui est aussi un projet d'aménagement du territoire destiné à recréer du lien entre différents quartiers. La phase test aurait dû être lancée déjà l'an dernier. lle sera lancée lorsque la situation sera stabilisée, a-t-il dit, ajoutant que l'intention de son gouvernement n'était pas de prendre des initiatives dont l'impact serait négatif pour la Flandre. Selon Rudi Vervoort, dans le cas présent, les études démontrent que les conséquences du projet pour la circulation en Flandre seront très limitées. "L'avenir, c'est de redonner une dimension humaine à des autoroutes qui n'ont plus leur place en ville", a-t-il conclu, s'en prenant au passage à la "vision injurieuse" du ministre fédéral Willy Borsus (MR) qui comme d'autres continue à faire la leçon au Bruxellois sur le mode 'vous n'êtes pas capables de le faire, nous le ferons à votre place' alors que son collègue (de la Mobilité) François Bellot est incapable de faire avancer le dossier des avions". Répondant jeudi à des questions à la Chambre au nom de M. Bellot, Willy Borsus a demandé la réunion urgente du conseil exécutif des ministres chargés de la mobilité sur ce dossier. Le ministre libéral a déploré la décision prise par le gouvernement régional qui, selon lui, accroîtra le "chaos" pour les usagers de l'autoroute.

Nos partenaires