Retour de Libye avec le prince Laurent

01/04/11 à 13:04 - Mise à jour à 13:04

Source: Le Vif

Avant son déplacement controversé au Congo, le prince Laurent a fait de fréquents séjours en Libye. Témoignage exclusif de ceux qui l'on rencontré à Tripoli.

Retour de Libye avec le prince Laurent

© EPA/MARKUS TILLMAN

La scène se déroule le 15 juillet dernier, vers 8 heures du matin. Le vol 924 Tripoli-Bruxelles de la compagnie libyenne Afriqiyah Airways s'apprête à décoller. A son bord, un grand nombre de Congolais qui, la veille au soir, ont pris un vol Kinshasa-Tripoli de cette même compagnie aux tarifs avantageux. A la dernière minute, un blanc monte à son tour dans l'avion Tripoli-Bruxelles. Encombré par ses nombreux bagages, il gagne sa place en business class et ne tarde pas à être reconnu par certains passagers. Mais oui, c'est bien le prince Laurent, fils cadet du roi des Belges ! L'équipage confirme : le prince est un habitué des vols Afriqiyah Airways entre la Belgique et la Libye.

D'autres sources évoquent, elles aussi, les fréquents séjours libyens de Laurent entre 2008 et 2010, au cours desquels il a traité avec l'un des fils du colonel Kadhafi. En tant que président de sa fondation privée, le prince a apporté sa notoriété à "un projet de ceinture verte à 50 kilomètres au sud de Tripoli", comme l'explique Laurent lui-même. Ce projet reproduisait, à la demande du pouvoir libyen, un modèle de lutte contre l'avancée du désert (plantations d'arbres...) que le prince avait déjà soutenu en Mauritanie. Le roi Albert II s'était d'ailleurs inquiété, auprès du Premier ministre Yves Leterme, de ces nouveaux plans de son fils en Libye.

Un passager avec qui le prince s'est entretenu dans le vol du 15 juillet 2010 témoigne : "Laurent n'était pas accompagné et paraissait soucieux. Il s'est dit très fatigué et a confié qu'il était en Libye pour affaires, car, disait-il, il suivait ''toutes les affaires de son pays''. De jeunes Congolaises sont alors venues lui demander un autographe. Nous lui avons demandé ce qu'il pensait de l'assassinat de Floribert Chebeya, le célèbre militant congolais des droits de l'homme, mort à Kinshasa le mois précédent. Mais il nous a répondu qu'il n'avait jamais entendu parler de Chebeya !"

Olivier Rogeau

En savoir plus sur:

Nos partenaires