Restructuration AXA - Le personnel restant devra faire des efforts au niveau de la masse salariale

05/09/16 à 13:40 - Mise à jour à 13:40

Source: Belga

(Belga) Outre son intention de se séparer de 650 personnes sur la période 2017-2018, l'assureur AXA Belgium entend entamer une négociation sur la masse salariale du personnel restant, ont indiqué lundi les syndicats socialiste et chrétien à l'issue d'un conseil d'entreprise extraordinaire lors duquel la direction a présenté son plan stratégique 2020. Selon Jean-Michel Cappoen, secrétaire général du SETCa, l'impact sur les coûts pourrait également être étendu au pôle bancaire du groupe.

Restructuration AXA - Le personnel restant devra faire des efforts au niveau de la masse salariale

Restructuration AXA - Le personnel restant devra faire des efforts au niveau de la masse salariale © BELGA

Ce sont donc bien 650 postes qui sont menacés, soit 15% des 4.200 membres du personnel, et non 850 comme le laissait entendre plus tôt la CGSLB, qui évoquait l'horizon 2020. Le syndicat libéral craint cependant que d'autres départs volontaires soient réclamés après 2018. La direction d'AXA souhaite se repositionner sur le marché de l'assurance, en recentrant ses activités, en accélérant sa transformation numérique et en simplifiant son organisation. "Nos coûts sont cependant 20% supérieurs à ceux de la concurrence. D'après la direction, il faut donc prendre d'autres mesures en termes d'emploi", explique Jean-Michel Cappoen. "Celles-ci concerneront aussi bien les employés que les cadres ou les commerciaux, mais on ignore encore les détails." Le plan et ses conséquences pour l'emploi toucheront l'ensemble de l'entreprise, aucun service ne sera épargné, souligne également Dominique Calistri, de la CGSLB. "La fermeture de sièges à Louvain, Eupen, Gand et Charleroi, et le recentrage sur Bruxelles, Liège et Berchem (Anvers), ont été confirmés. On continue à digitaliser et à outsourcer. On s'attendait un peu à ce nouveau coup bas de la direction. Il y avait des bruits persistants qui couraient depuis six à sept mois." Le personnel faisait déjà des efforts depuis 2013, notamment en matière de numérisation, pour faire face à la concurrence croissante et s'adapter à ce monde qui change, mais ce n'était visiblement pas suffisant, déplore Vic Van Kerrebroeck du syndicat chrétien LBC. Une discussion aura également lieu afin de tenter de réduire la masse salariale du personnel, notamment en abordant les avantages extra-légaux dont il bénéficie. Trois séances d'informations plus détaillées auront lieu mercredi, jeudi et vendredi lors de conseils d'entreprises extraordinaires. (Belga)

Nos partenaires