"Reporter la décision de sortie du nucléaire, le plus mauvais scénario"

16/01/18 à 11:40 - Mise à jour à 11:42

Source: Belga

(Belga) Reporter la décision de sortie du nucléaire après les élections de 2019 serait "le plus mauvais scénario", a réagi mardi le député écologiste Kristof Calvo, à la suite de témoignages dans De Standaard selon lesquels le Premier ministre Charles Michel planche sur une solution permettant de gagner du temps jusqu'après les élections de 2019.

Les sources jointes par le quotidien flamand évoquent la recherche d'un compromis sur un monitoring très étroit de la sortie du nucléaire, lié notamment à la question de la sécurité d'approvisionnement du pays en électricité. Ce monitoring se poursuivrait après 2019 - le président de la N-VA Bart De Wever a indiqué que la sortie du nucléaire serait une thématique de campagne - ce qui permettrait au gouvernement de gagner du temps jusqu'en 2021, échéance ultime sur le plan technique pour trancher le sort des centrales. D'ici là, les partisans de la fermeture des centrales auraient le temps de peaufiner leurs arguments permettant de convaincre la N-VA que la sortie en 2025 est tenable. Le député Kristof Calvo (Groen) rejette ce scénario avec force. "Ce serait le scénario du pire, tant pour la durabilité que pour la facture énergétique. Si Michel venait à plier face à De Wever, il saboterait la sortie du nucléaire votée il y a 15 ans, alors même qu'une toute grande majorité du parlement est prête à confirmer cette sortie", a-t-il dit. "Reporter la décision reviendrait dans le chef du gouvernement à envoyer un signal négatif aux investisseurs dans l'énergie renouvelable. On a besoin de clarté", a-t-il ajouté. "Ceci n'est pas un compromis mais une capitulation devant l'exigence de la N-VA", a renchéri sur Twitter son collègue Jean-Marc Nollet (Ecolo). (Belga)

Nos partenaires