Répartition de l'effort climatique - Le comité de concertation n'a pas permis de résoudre le problème

06/07/16 à 12:50 - Mise à jour à 12:50

Source: Belga

(Belga) Le comité de concertation n'a pas permis de résoudre le problème qui se pose à propos du produit de la vente aux enchères des quotas de CO2. La Wallonie demande que le point soit réinscrit à l'agenda du mois de septembre. La ministre fédérale de l'Energie, Marie-Christine Marghem, se montre en revanche confiante sur la conclusion d'un accord avant les vacances.

Répartition de l'effort climatique - Le comité de concertation n'a pas permis de résoudre le problème

Répartition de l'effort climatique - Le comité de concertation n'a pas permis de résoudre le problème © BELGA

Depuis l'accord "burden sharing" de début décembre sur la répartition des efforts intra-belges au cours de la seconde période d'engagement du Protocole de Kyoto (2013-2020), aucun versement n'a été effectué, contrairement à ce que l'accord prévoit, a accusé mardi le ministre wallon de l'Energie, Paul Furlan (PS). Aux termes de l'accord du 5 décembre 2015, la Région wallonne doit recevoir 30% d'une première tranche de 326 millions d'euros de revenus des mises aux enchères, et 30,65% de tous les autres revenus de mise aux enchères jusque 2020. Mme Marghem soutient qu'un accord de coopération doit être conclu entre les trois Régions et le fédéral avant tout versement. Cette condition est issue de l'accord de décembre. Selon elle, il reste quelques points mineurs à régler. Des réunions pourraient avoir lieu très prochainement. "Je suis disponible. Les autres Régions le sont aussi", a-t-elle ajouté à l'issue de la réunion. La ministre MR met la revendication wallonne sur le coup "d'une poussée de fièvre avant les vacances". "Nous sommes pris en otage par le fédéral", dénonce pour sa part M. Furlan. Le ministre wallon ne partage pas l'interprétation de sa collègue fédérale. Le versement n'est pas subordonné à la conclusion de l'accord de coopération, affirme-t-il. A l'entendre, il y a en outre un peu plus que des détails à régler. M. Furlan ne comprend pas pourquoi le gouvernement fédéral tarde tant. Ces atermoiements retardent la mise en oeuvre des politiques qui permettront à la Belgique d'atteindre ses objectifs climatiques, fait-il remarquer. "C'est le fédéral qui s'engage sur la politique climatique. A moyen terme, c'est lui qui se tire une balle dans le pied." (Belga)

Nos partenaires