Remue-ménage à la N-VA - "Bart De Wever et les ministres N-VA feraient mieux de se mettre au travail", répond le PS

22/09/16 à 14:37 - Mise à jour à 14:42

Source: Belga

(Belga) "C'est systématique: dès que quelque chose tourne mal pour la N-VA, Bart De Wever détourne l'attention et trouve des boucs émissaires: les francophones, les réfugiés, les syndicats, le PS. Ça n'a pas raté cette semaine: la N-VA connait d'importantes divisions internes, et Bart De Wever publie une lettre ouverte attaquant le PS", dénonce le président du parti socialiste Elio Di Rupo jeudi dans un communiqué.

Remue-ménage à la N-VA - "Bart De Wever et les ministres N-VA feraient mieux de se mettre au travail", répond le PS

Remue-ménage à la N-VA - "Bart De Wever et les ministres N-VA feraient mieux de se mettre au travail", répond le PS © BELGA

Dans une lettre ouverte publiée jeudi matin, le président de la N-VA a appelé à éviter les divisions internes au sein de son parti qui constitueraient à ses yeux "le plus gros cadeau à offrir au PS". "Nous menons une politique qui est bonne pour la Flandre et que les Flamands réclament depuis une décennie déjà. Laurette Onkelinx (cheffe de groupe PS à la Chambre) ne parle pas de 'flamandisation' pour rien. Tôt ou tard, la pression sur le PS deviendra intenable. Peut-être pas aujourd'hui, ni demain, mais rapidement", a poursuivi Bart De Wever. Ces propos ont fait bondir le président du PS Elio Di Rupo. "Quand De Wever se réjouit de la flamandisation de l'Etat, ce n'est pourtant pas le PS qu'il insulte, mais quatre millions de francophones. Pour le PS, la politique communautaire insidieuse du gouvernement MR - N-VA est choquante et inacceptable. Mais pour autant, jamais le PS ne demandera le confédéralisme: au contraire, nous continuerons à plaider pour plus de solidarité entre les travailleurs, les pensionnés, les malades, les demandeurs d'emploi, qu'ils habitent en Flandre, en Wallonie ou à Bruxelles." "Plutôt que de parler du PS, Bart De Wever et les ministres N-VA feraient mieux de se mettre au travail", conclut Elio Di Rupo. (Belga)

Nos partenaires