Réformes des pensions : FGTB, CGSP, CSC et Ecolo s'opposent

16/12/11 à 15:05 - Mise à jour à 15:05

Source: Le Vif

La volonté du ministre des Pensions, Vincent Van Quickenborne, de faire approuver au parlement, cette année encore, un certain nombre de réformes dans le domaine des pensions et son intention d'aboutir à un seul système de pension pour tous les travailleurs, sont de "véritables provocations", a réagi la secrétaire générale de la FGTB, Anne Demelenne.

Réformes des pensions : FGTB, CGSP, CSC et Ecolo s'opposent

© Image Globe

Dans plusieurs médias, Vincent Van Quickenborne fait part de son ambition de mettre en place "un grand système de pensions pour tous les travailleurs".

"Il s'agit là d'une véritable provocation par rapport à ce que risque de perdre une série de catégories de personnes. Ce serait une révolution mais pas dans le sens d'une amélioration de la pension légale mais plutôt d'une détérioration", a déclaré Mme Demelenne, à l'agence Belga. Selon le président de la FGTB, Rudy De Leeuw, les projets du ministre des Pensions sont "du jamais vu".

La FGTB déplore également qu'un certain nombre de projets de loi atterrissent déjà devant la Commission des affaires sociales de la Chambre en vue d'un possible vote, à la Chambre, d'ici la fin de l'année. "Nous sommes pour la concertation mais force est de constater que nous n'avons toujours pas de date de concertation prévue avec le gouvernement", regrette encore la responsable du syndicat socialiste, qualifiant les projets de réforme de "ruptures de contrat".

"On ne se rend pas compte à quel point on joue avec le feu au niveau social. Il faut arrêter de remettre de l'huile sur le feu alors que la situation est extrêmement préoccupante au niveau social",
avertit Anne Demelenne.

De son côté, le président du syndical libéral, Jan Vercamst, prévient -sans le souhaiter- que des actions pourraient déjà avoir lieu la semaine prochaine et non seulement le 30 janvier. Il déplore également un manque de concertation inhabituel et souhaite qu'une chance soit donnée à la concertation.

Plus tôt cette semaine, le front commun syndical CSC, FGTB et CGSLB a réclamé une concertation avec le gouvernement fédéral "pour un assainissement plus juste et une politique crédible de création d'emplois de meilleure qualité". Les syndicats ont également annoncé le dépôt d'un préavis de grève conduisant à une grève générale, et/ou des grèves sectorielles, le lundi 30 janvier 2012 au plus tard.

Ecolo combattra ce qu'il qualifie de "véritable tornade sociale"

Ecolo a qualifié de "véritable tornade sociale" la réforme des pensions annoncée dans la presse par le ministre libéral Vincent Van Quickenborne. Les verts critiquent également la méthode. Ils dénoncent le dépôt "à la hussarde" de 49 amendements jeudi en Commission des Affaires sociales de la Chambre.

"Ce projet néfaste frappera en effet durement les travailleurs, notamment les femmes, sans résoudre les enjeux du niveau trop bas de nos pensions - particulièrement des pensions les plus basses -, de l'avenir du financement du système ou du travail des aînés. Pire, il rompt avec la dynamique de concertation sociale qui prévaut dans notre pays et qui est un facteur de sa prospérité et de sa stabilité", ont dénoncé vendredi dans un communiqué les députés Georges Gilkinet et Zoé Genot et le chef de groupe au Sénat Jacky Morael.

Plus en détail, Ecolo est d'avis que le projet de réforme remet en cause la possibilité pour les travailleurs âgés de lever le pied en fin de carrière en supprimant ou limitant les formules de crédit-temps ou de prépension à mi-temps.

En outre, on ne prend plus en compte les situations particulières de certains travailleurs en remettant en cause "de façon unilatérale et non-différenciée" l'ensemble des régimes spéciaux de pension, notamment pour ce qui concerne les fonctions à caractère pénible, soulignent les Verts, rejoignant l'opinion exprimée par leurs homologues flamands de Groen! .

Enfin, les textes remettent en cause les régimes d'assimilation dont bénéficient certains travailleurs, plus particulièrement les femmes, qui sacrifient davantage leur carrière à leur famille et/ou qui subissent l'emploi à temps partiel, soulèvent les écologistes. En supprimant ces dispositions, le nouveau gouvernement fédéral ne fera qu'augmenter le nombre des aînés se trouvant en situation de détresse et de grande pauvreté et tous les autres coûts sociaux qui en découlent (santé publique, logement), précisent-ils.

Enfin, la réforme proposée par le ministre Van Quickenborne ne répond en rien aux enjeux d'avenir identifiés lors de l'élaboration du Livre Vert rédigé sous l'égide de l'ex-ministre des Pensions, Michel Daerden (PS), concluent les parlementaires.

Ecolo annonce qu'il combattra "avec vigueur" les projets du nouveau gouvernement en matière de pensions. "En affaiblissant ainsi le caractère assurantiel de ce pilier essentiel de notre sécurité sociale, la tripartite traditionnelle va tout droit à une catastrophe sociale ou à la privatisation de la solidarité, ce que nous ne pouvons accepter", dit le parti.

La CGSP menace de mener des actions

Le syndicat socialiste CGSP menace de mener des actions dans l'ensemble du secteur public si le ministre des Pensions Vincent Van Quickenborne persiste dans ses projets de réformes des pensions. Le syndicat veut pour lundi 17h00 un signal du ministre.

Selon le secrétaire général au syndicat socialiste, Chris Reniers, des actions, et plus précisément des grèves, ne sont pas exclues.

Le syndicat estime en effet que les projets du ministre des Pensions touchent le secteur public en plein coeur. "Van Quickenborne n'y va pas de main morte. Ses plans sont une pure politique de démolition, sans réflexion sur la sécurisation ou le financement des pensions. C'est anti-social. Il ne se rend pas compte de la portée de ses projets", affirme Chris Reniers.

Dans le secteur public, des régimes spécifiques sont d'application. Chris Reniers donne l'exemple du personnel roulant de la SNCB. L'âge minimum de la pension y est fixé à 55 ans, après 30 ans de service. Sans concertation, il passera à 57 ans et 32 ans de service. A la SNCB, l'âge de la pension passerait de 60 ans à 62 ans d'ici 2016 avec une carrière d'au moins 40 ans. Le secteur national de la CGSP Cheminots se réunira en urgence lundi et n'exclut également pas de mener des actions "très prochainement".

Le changement dans les régimes des crédits-temps et des pauses-carrières signifie que de centaines de personnes qui étaient en phase de transition vers la pension, devront être rappelées. "Leurs remplaçants recevront dès lors leur prévis", affirme Chris Reniers.

Les promesses ne sont tenues, selon la CSC

Les projets de réforme des pensions ont également été accueillis négativement par la CSC. Le syndicat chrétien craint surtout que ce soient les personnes qui bénéficient des systèmes actuels qui paient la facture.

Le fait que les projets de réforme des pensions aient déjà atterri devant la Commission des affaires sociales de la Chambre, sans la concertation prévue avec les syndicats, constitue pour la CSC une "promesse manquée".

Une deuxième rupture de contrat, aux yeux de la CSC, est le fait qu'une partie importante des travailleurs qui sont en crédit-temps, interruption de carrière ou prépension recevront une pension inférieure. Le ministre Van Quickenborne a proposé une concertation mais la CSC affirme n'avoir reçu aucune invitation.

La CSC demande également une réponse claire à sa question : "Est-ce que les personnes qui ont déjà fait un choix recevront plus tard une pension inférieure? ".



Le vif.be, avec Belga

Nos partenaires