Réforme intrafrancophone: main tendue entre Magnette et Jeholet, silence du cdH

20/06/16 à 16:55 - Mise à jour à 16:55

Source: Belga

(Belga) "La main est tendue" au MR wallon pour débattre de transferts de compétences de la Fédération Wallonie-Bruxelles vers la Wallonie, a affirmé lundi le chef de groupe MR, Pierre-Yves Jeholet, à l'adresse du ministre-président wallon Paul Magnette (PS), tout en lui lançant plusieurs avertissements.

Réforme intrafrancophone: main tendue entre Magnette et Jeholet, silence du cdH

Réforme intrafrancophone: main tendue entre Magnette et Jeholet, silence du cdH © BELGA

M. Magnette était interpellé en commission du parlement wallon par M. Jeholet et le chef de groupe Ecolo, Stéphane Hazée, sur sa volonté, réaffirmée lors d'une rencontre avec la presse il y a deux semaines, d'ouvrir un débat dans l'assemblée sur la régionalisation d'une série de compétences communautaires pour 2019, via l'activation de l'article 138 de la Constitution, sur le modèle des accords de la Ste-Emilie. Un débat sur une régionalisation des deux grandes compétences communautaire, Enseignement et Culture, ne serait envisageable qu'après 2019, a réexpliqué M. Magnette. Cela se ferait alors en prévoyant des "solidarités fortes" entre Wallonie et Bruxelles, "à reconstruire, à réinventer dans un nouveau schéma institutionnel, mais en dehors d'une réforme de l'État. (...) Cela n'a donc rien à voir avec une 7e réforme de l'Etat. Je ne suis pas demandeur d'une régionalisation venant du Fédéral, car je comprends le contexte politique dans lequel on sera en 2019", a-t-il répété en évoquant la N-VA. Pierre-Yves Jeholet, partisan d'une Belgique à quatre Régions, a souligné qu'il gardait la main tendue à cet égard. "Oui, sur le fond, demain on est prêt à aborder le débat, mais chat échaudé craint l'eau froide", a-t-il dit en rappelant l'échec de la commission spéciale Renouveau démocratique, où il juge que le gouvernement a repris le contrôle en étouffant le débat parlementaire. Stéphane Hazée, à l'inverse, s'est demandé où serait la plus-value d'un transfert de compétences. "Sur quelles décisions Bruxelles empêche-t-elle la Wallonie, à travers la Fédération Wallonie-Bruxelles, de prendre une quelconque orientation par rapport aux enjeux de l'école", a-t-il demandé, dénonçant une certaine forme de "romantisme". Le cdH quant à lui n'est pas intervenu dans les interpellations. (Belga)

Nos partenaires