Refédéralisation - La N-VA et le CD&V envoient balader l'Open VLD, le sp.a s'abstient

14/07/16 à 12:11 - Mise à jour à 12:11

Source: Belga

(Belga) Les partenaires flamands de la majorité N-VA et CD&V se sont catégoriquement opposés jeudi à la proposition du vice-Premier ministre Open VLD Alexander De Croo de refédéraliser certaines compétences. Tant pour les nationalistes flamands que pour les démocrates chrétiens, les futures réformes de l'Etat iront dans le même sens que la précédente.

Le vice-premier ministre Alexander De Croo a plaidé mercredi pour une refédéralisation de certaines compétences comme la mobilité, le commerce extérieur, la politique climatique ou la sécurité. Le chef de groupe N-VA à la Chambre Peter De Roover estime que De Croo ne s'attaque pas au n?ud du problème. "Il veut en quelque sorte se mettre à l'écart et souhaite donc un peu moins de Flandre. Nous voulons beaucoup moins de Belgique, et faire un pas de côté n'offre pas de consolation", estime-t-il. "De Croo donne l'impression de faire quelque chose de courageux mais en réalité il a peur d'opter pour un retour en arrière." Le CD&V ne voit pas d'un bon ?il non plus une refédéralisation. "Certains semblent oublier pourquoi nous avons effectué des réformes de l'Etat. C'était justement pour éviter les blocages", a réagi le chef de groupe Servais Verherstraeten. Pour ce dernier, il est illusoire de croire que les ministres flamands et francophones ne tiendront pas compte des sensibilités dans leur propre Région après une refédéralisation. Pour les démocrates chrétiens, le débat n'est pas à l'ordre du jour. "Nous avons d'autres chats à fouetter", a-t-il ajouté faisant référence à l'économie, l'effort budgétaire et la sécurité. "Nous sommes de plus toujours occupés à mettre en place la sixième réforme de l'Etat." Le sp.a a quant à lui indiqué qu'il n'était pas question de rentrer dans le petit jeu communautaire de l'Open VLD et de la N-VA. Selon le parti d'opposition, il ne s'agit que d'un "écran de fumée" pour dissimuler leur propre échec. "Les exemples se suffisent à eux-mêmes. Tous les partis flamands sont pour un permis à points mais ça bloque. Quant au budget de la mobilité, aucune étape n'a été franchie", a souligné le chef de groupe Joris Vandenbroucke. Le sp.a n'est pas, en soi, défavorable à une refédéralisation de certaines compétences mais la question "n'est aujourd'hui pas à l'ordre du jour", a conclu Joris Vandenbroucke. (Belga)

Nos partenaires