Réactions suite au décès de Patrick Moriau

20/07/13 à 19:16 - Mise à jour à 19:16

Source: Le Vif

Le décès de Patrick Moriau suscite bien des réactions dans le monde politique belge et au sein du parti socialiste. "Un ami, un idéaliste intègre qui s'est battu jusqu'au bout" Patrick Moriau, député fédéral décédé samedi après-midi des suites d'un cancer du poumon, était "un ami, un idéaliste intègre", un homme "qui a toujours tout fait pour les gens", a déclaré samedi Philippe Busquin, ancien président du PS et ancien ministre wallon de l'Economie, dont Patrick Moriau a été le conseiller presse puis le chef de cabinet adjoint.

Les deux hommes ont également été bourgmestres en même temps de deux communes voisines, Chapelle-Lez-Herlaimont et Seneffe. "Dites bien que c'était un homme intègre, parce qu'on a parfois eu tendance à l'oublier", insiste Philippe Busquin.

L'ancien bourgmestre de Chapelle-Lez-Herlaimont était proche de sa population et "a toujours tout fait pour les gens".

"Il considérait sa maladie comme un combat et, même dans la maladie, il pensait aux autres", souligne l'ancien président du PS. Patrick Moriau se préoccupait des personnes seules et voulait créer une Fondation de la solidarité. "Nous devrons mener ce combat pour lui", conclut Philippe Busquin.

le PS "perd un homme de combat" Paul Magnette, le président du Parti socialiste, a déclaré "avec la plus grande émotion" que "le PS perd un homme de combat". "Patrick a marqué de son empreinte la vie du Parti", indique Paul Magnette. "Patrick était un homme de conviction et de combat. Ce fut le cas encore le 1er Mai lorsque, malade, il a pris la parole devant les militants pour les appeler à retrouver l'espoir du combat", souligne le président du PS.

Le 1er mai, Patrick Moriau avait prononcé un discours plein d'émotion. "Je vous remercie pour les nombreuses marques de soutien dans l'épreuve que je subis. J'ai pris conscience qu'il y aurait trop de monde à mon enterrement. J'ai donc décidé de ne pas y aller", avait-il notamment plaisanté, la gorge nouée, gagné par l'émotion des applaudissements des quelque 500 militants qui s'étaient levés.

Rendant hommage à un "homme proche des gens qui aimait la vie et qui n'avait pas sa langue en poche", le président du PS adresse ses condoléances à la famille et aux proches de Patrick Moriau, et notamment à Milena, son épouse.

Une "grande tristesse" Les députés du groupe PS à la Chambre ont exprimé samedi soir leur "grande tristesse" à l'annonce du décès de "leur compagnon Patrick Moriau". Eux aussi saluent un homme de combat, jusque dans la maladie, pour notamment tenter d'interdire, ces dernières semaines, la spéculation sur le prix des denrées alimentaires. "Cette lutte sera poursuivie en son nom", assure le groupe.

"De Chapelle-lez-Herlaimont dont il fut le bourgmestre jusqu'aux pays du Sud en passant par l'Europe, Patrick Moriau a toujours porté les valeurs de solidarité, de fraternité et d'égalité, avec verve et passion. Sans jamais s'arrêter, sans jamais se décourager", saluent les députés.

Hommage du président de la Chambre, de Rudy Demotte et d'Ecolo Le président de la Chambre, André Flahaut, a rendu hommage, samedi soir, au député Patrick Moriau. "Le Parlement et le Parti socialiste perdent un représentant engagé, un travailleur infatigable, un défenseur des libertés et des droits fondamentaux et un agréable compagnon de route", a salué M. Flahaut dans un communiqué.

Le ministre-président du gouvernement wallon et de la Fédération Wallonie-Bruxelles a, lui, exprimé sa "très grande tristesse" à l'annonce de cette disparition, pointant la "profonde implantation locale et l'ouverture enthousiaste sur le monde" du défunt.

"Le mayeur de Chapelle, amoureux du Hainaut et défenseur de la Wallonie, notamment aux côtés de Philippe Busquin, fut en effet, un promoteur précoce d'une autre mondialisation, rendant sa juste place à la solidarité entre les peuples et les individus. Il devait, en cela, compter parmi ceux qui, les premiers, se prononcèrent en faveur de la Taxe Tobin", a commenté M. Demotte.

Le parti Ecolo a lui aussi fait part de sa tristesse, samedi, saluant la mémoire d'un "homme de conviction, réputé pour sa chaleur humaine, sa liberté de parole et son sens social aigu", a réagi le co-président des Verts, Olivier Deleuze.

Nos partenaires