Live Réactions suite au décès de la reine Fabiola

05/12/14 à 19:53 - Mise à jour à 07/12/14 à 10:11

Doña Fabiola, Fernanda, Maria de las Victorias, Antonia, Adelaïda de Mora y Aragon était née à Madrid le 11 juin 1928.

Réactions suite au décès de la reine Fabiola

© Image Globe

  • Les drapeaux des bâtiments publics flamands également en berne toute la semaine

    Les drapeaux flottant sur les bâtiments publics de la région flamande seront en berne toute la semaine -du lundi 8 au vendredi 12 décembre-, en raison du décès de la reine Fabiola, indique le cabinet du ministre-président Geert Bourgeois (N-VA).

    Le gouvernement fédéral avait décidé samedi de décréter une semaine de deuil national, du 8 au 12 décembre, jour des funérailles nationales de la veuve du roi Baudouin.

  • Le pape adresse ses condoléances au Roi

    Le pape François a adressé, dans un télégramme, ses plus sincères condoléances au roi Philippe après le décès de la reine Fabiola, vendredi à Bruxelles, peut-on lire samedi sur le site web de Kerknet.

    "Ayant appris avec peine le décès de sa Majesté la reine Fabiola, je tiens à vous exprimer ainsi qu'à toute la famille royale, au gouvernement et au peuple belge mes plus vives condoléances. Je prie avec ferveur le Seigneur pour qu'il accueille sa fidèle servante dans son royaume de lumière et de paix, et pour qu'il assure à tous ceux que touche sa mort le réconfort de l'espérance", écrit le pape.

  • La reine Fabiola lègue son héritage aux "Oeuvres de la reine"

    La reine Fabiola a décidé de léguer tout son patrimoine privé à l'asbl "Oeuvres de la reine", révèle samedi Le Soir sur son site internet.

    Selon le testament que la Reine a rédigé durant les dernières années de sa vie, son héritage ira donc aux personnes défavorisées en Belgique. L'association "Oeuvres de la reine" avait été créée à l'occasion du mariage de Baudouin et Fabiola en 1960, rappelle Le Soir. Elle a pour objet de recueillir des fonds et d'accorder notamment des "aides d'urgence et limitées" à "des personnes indigentes et en situation d'urgente nécessité". L'asbl soutient également des projets "novateurs destinés à augmenter les chances d'intégration des jeunes et/ou leurs familles", selon le site monarchie.be cité par le quotidien.

    Le Palais a confirmé l'information sans donner davantage de détails, estimant qu'il s'agit d'une affaire privée liée au patrimoine privé de la défunte.

  • Mgr Léonard : "Comme tant de Belges, j'ai beaucoup apprécié son engagement pour le pays"

    "Comme tant de Belges, j'ai beaucoup apprécié l'engagement de la reine Fabiola pour la Belgique. En tant que personnalité publique, la Reine a toujours su faire la différence entre ses ferventes convictions religieuses personnelles et le fait qu'elle était la reine de tous les Belges", a déclaré samedi monseigneur Léonard. L'archevêque de Malines-Bruxelles ajoute qu'il n'a pour l'instant reçu aucune information officielle sur les funérailles qui se dérouleront vendredi, mais il prévu que son prédécesseur, le cardinal Danneels, célèbre l'Eucharistie.

    "Le cardinal Danneels a en effet mieux et plus longtemps connu la reine Fabiola que moi. Il est donc normal et juste que ce soit lui qui préside la cérémonie et que je la concélèbre avec les autres évêques. Je ne connaissais pas personnellement la Reine et ne lui ai jamais parlé qu'à peine quelques minutes", souligne Mgr Léonard. Les nonces apostoliques Mgr Berloco et Mgr Lebeaupin pourraient aussi être présents.

    Monseigneur Léonard se souvient de la reine Fabiola comme d'une personne qui s'est entièrement consacrée à la Belgique. "Elle a quitté son pays pour se marier avec le roi Baudouin et donc avec la Belgique. Elle a toujours soutenu le roi Baudouin avec discrétion, et il s'est réellement épanoui après leur mariage."

    Selon lui, Fabiola était "une croyante fervente, un peu à l'espagnole, avec un grand coeur pour les gens et pour Dieu. Elle a aussi joué un rôle particulièrement admirable dans les domaines de l'art et de la musique, comme dans le cadre de son engagement pour le concours Reine Elisabeth".

    La reine Fabiola a cependant aussi traversé des épreuves, rappelle Mgr Léonard. Elle était "très déçue de ne pas avoir eu d'enfants. C'était pour elle une grande douleur. Je pense qu'elle a réussi à surmonter cela en étant mère d'une autre façon, en s'engageant auprès des enfants, des malades et des personnes fragiles. De nombreuses personnes vivent cette épreuve lorsqu'ils ne peuvent pas avoir d'enfants ou lorsqu'ils font le choix de ne pas en avoir, comme moi-même et les autres prêtres par exemple. Il faut alors se créer une autre forme de paternité ou maternité, au sens plus large".

  • Le grand-duc Henri de Luxembourg adresse ses condoléances à la famille royale belge

    Le grand-duc Henri de Luxembourg a adressé samedi ses très sincères condoléances à la famille royale belge après le décès de la reine Fabiola.

    "Sire. C'est avec grande émotion que la Grande-Duchesse et moi-même avons appris la nouvelle de la disparition de la Reine Fabiola", indique le grand-duc Henri dans un télégramme adressé au roi Philippe.

    "Avec mon père, notre famille et nos compatriotes nous vous exprimons nos très sincères condoléances. Nous garderons un souvenir ému et reconnaissant d'une Reine qui a mis toutes ses qualités d'esprit et de coeur au service du règne de son époux et du bien-être de ses concitoyens. Sa joie de vivre et son enthousiasme communicatifs ont toujours été un exemple pour nous", est-il encore écrit.

  • Les citoyens pourront rendre hommage à la reine Fabiola mercredi et jeudi

    Les citoyens pourront rendre un dernier hommage à la reine Fabiola les mercredi 10 décembre 2014 de 13h00 à 17h00 et jeudi 11 décembre 2014 de 9h00 à 17h00, annonce le palais samedi dans un communiqué.

    La dépouille mortelle sera transférée le lundi 8 décembre 2014 dans la matinée du Château du Stuyvenberg à la Chapelle du Château de Laeken, avant d'être conduite au Palais de Bruxelles le mardi 9 décembre 2014 dans l'après-midi.

    "Les activités publiques de Leurs Majestés le Roi et la Reine prévues du samedi 6 décembre au vendredi 12 décembre 2014 sont supprimées", précise encore le communiqué.

  • Des funérailles nationales seront organisées le 12 décembre, précédées d'un deuil national

    Le conseil des ministres a décidé samedi, sur proposition du Roi, d'organiser des funérailles nationales le 12 décembre en la cathédrale Saints-Michel-et-Gudule pour la reine Fabiola, a annoncé samedi le Premier ministre, Charles Michel, à l'issue d'une réunion extraordinaire. Un deuil national est décrété. Il commence ce samedi et durera jusqu'aux obsèques. Les drapeaux des bâtiments publics fédéraux seront en berne.

    Un groupe de coordination a été mis en place pour organiser les événements. Il associe le Palais royal, la chancellerie du Premier ministre, l'Intérieur, la Défense et les Affaires étrangères.

  • Action Damien salue à son tour une ancienne présidente d'honneur et reine de terrain

    L'asbl Action Damien a à son tour salué la mémoire de la reine Fabiola samedi matin. La Reine décédée vendredi y avait été présidente d'honneur, comme elle l'avait été à la Fondation Roi Baudouin qui s'est également exprimé en matinée.

    "Pendant 45 ans, la Reine a été présidente d'honneur de l'association, avant de céder le témoin à la princesse Astrid en 2010", rappelle Action Damien.

    "La reine Fabiola avait un profond respect et une profonde estime pour la vie et l'oeuvre du père Damien. En compagnie du roi Baudouin, elle est allée rencontrer des lépreux au Bangladesh et en Inde - ces rencontres feront forte impression sur le couple royal".

    L'assemblée générale de l'association a rendu hommage à la reine Fabiola en observant une minute de silence samedi matin lors de sa réunion.

  • Le président français François Hollande salue "une grande dame de coeur"

    Le président français François Hollande a rendu hommage samedi à la reine Fabiola, décédée la veille, saluant "une grande dame de coeur".

    "La France gardera de la reine Fabiola le souvenir d'une grande dame de coeur qui, au côté de son époux le roi Baudouin, n'aura eu de cesse de se consacrer aux plus faibles et aux plus démunis", a écrit le chef de l'Etat dans un communiqué publié par l'Elysée.

  • "Des relations empreintes de confiance et d'humanité" avec la Fondation Roi Baudouin

    La Fondation Roi Baudouin a tenu samedi à exprimer "son émotion et sa gratitude" à la suite de l'annonce, la veille au soir, du décès de la reine Fabiola. La fondation créée en 1976 à l'initiative de l'époux de cette dernière, qui fêtait alors ses 25 années de règne, "tient à rappeler combien la Reine a soutenu le travail de la Fondation" dès le début, indique-t-elle dans un communiqué.

    "La Reine a toujours souscrit aux options stratégiques et aux méthodes retenues par la Fondation pour accomplir sa mission, soulignant souvent combien ces choix rencontraient les objectifs de son mari le Roi Baudouin", rappelle encore l'organisation. La fondation était en effet un souhait spécifique du roi Baudouin, qui avait refusé tout cadeau personnel pour les festivités de ses 25 ans de règne, préférant orienter les dons vers cette nouvelle organisation destinée à améliorer les conditions de vie des citoyens.

    Au décès de Baudouin, la reine Fabiola "avait accepté d'en devenir la présidente d'honneur, entretenant depuis lors avec la Fondation des relations empreintes de confiance et d'humanité". Un fonds portant le nom de la Reine est également géré depuis plusieurs années par la Fondation. Celui-ci est destiné à soutenir "l'intégration ou la réintégration professionnelle de personnes souffrant de problèmes psychiques ou d'un handicap psychique".

    "Le conseil d'administration, la direction et le personnel de la Fondation Roi Baudouin présentent leurs condoléances émues aux membres de la famille royale et aux proches de la Reine Fabiola", conclut la fondation.

  • La présidente du Sénat présente ses condoléances à la famille royale

    La présidente du Sénat, Christine Defraigne, a présenté samedi ses sincères condoléances à l'ensemble de la famille royale après le décès de la reine Fabiola.

    Christine Defraigne a souligné "l'énorme empathie et la chaleur qui caractérisaient tellement la reine Fabiola dans ses rapports avec nos concitoyens".

    "Son parcours de vie nous prouve que la dignité, l'engagement et les convictions fortes sont parfaitement compatibles avec l'humour et la joie, même dans l'exercice d'une fonction aussi prestigieuse et emblématique que la sienne", a indiqué la présidente du Sénat dans un télégramme.

  • La famille royale espagnole adresse ses condoléances à la famille royale belge

    La famille royale espagnole a adressé vendredi ses plus sincères condoléances à la famille royale belge après le décès de la reine Fabiola, peut-on lire sur le compte Twitter de la monarchie espagnole.

    La reine Fabiola, originaire d'Espagne, est née le 11 juin 1928 à Madrid. Issue de la noblesse espagnole, elle est la troisième fille de don Gonzalo de Mora y Fernández Riera del Olmo, comte de Mora, et de doña Blanca de Aragón y Carrillo de Albornoz. Des familles qui ont toutes deux exercé une influence importante en Espagne.

    La reine Fabiola avait épousé le roi Baudouin le 15 décembre 1960, devenant à 32 ans la cinquième Reine de Belgique.

  • Pierre-Yves Monette : "Une personnalité qui sortait de l'ordinaire, au destin unique"

    "J'apprends avec beaucoup de tristesse le décès de la reine Fabiola", a déclaré vendredi soir Pierre-Yves Monette, ancien conseiller du roi Baudouin. "On s'attendait à cette triste nouvelle car elle n'était vraiment pas bien ces derniers temps", précise-t-il. "La reine Fabiola était une personne qui sortait de l'ordinaire et qui a connu un destin unique. On peut dire que c'est quelqu'un qui aura laissé sa trace dans le monde".

    Pierre-Yves Monette insiste sur le fait que la personnalité de la 5e reine des Belges n'était finalement pas bien connue de la population. "C'était une personne très gaie, qui avait très souvent le sourire et beaucoup d'humour, comme en témoigne la pomme" qu'elle a brandie il y a quelques années en guise de clin d'oeil à cet individu qui lui avait adressé des menaces.

    "Fabiola était aussi une personne tournée vers les autres, tout comme l'était le roi Baudouin. Ce trait de caractère était impressionnant chez elle", ajoute Pierre-Yves Monette. La reine était, comme on l'a régulièrement souligné, très croyante. "Elle était extrêmement croyante mais je m'insurge contre ceux qui la qualifient de bigote", poursuit l'ancien conseiller du roi Baudouin. "Sa foi était quelque chose qui la motivait beaucoup, elle avait une foi tournée vers autrui, cela n'a rien à voir avec la bigoterie. Sa foi contribuait évidemment aux idées qu'elle pouvait avoir sur certaines évolutions de la société".

    Enfin, Pierre-Yves Monette met en exergue le couple que Fabiola formait avec Baudouin. "Leur couple était beau, il rayonnait leur amour. Fabiola et Baudouin avaient, comme dans chaque couple, des divergences mais ils veillaient toujours à se parler. Il y avait beaucoup de douceur entre eux".

  • Le parc néerlandais Efteling met en lumière l'auteure de conte qu'était Fabiola

    Le parc d'attractions néerlandais De Efteling, situé à Kaatsheuvel, a fait part de son deuil et de sa décision de rendre un hommage permanent à la reine Fabiola, indique vendredi le site Omroepbrabant.nl. Aux Pays-Bas, la reine belge est en effet connue pour être l'auteure d'un conte pour enfants intitulé "Les Nénuphars Indiens" ("De Indische Waterlelies" en néerlandais). Il a été imaginé en 1955 par la future reine, soit plusieurs années avant son mariage avec Baudouin.

    Le conte fait partie d'un recueil royal, "Les douze contes merveilleux". Il suit les aventures d'une sorcière se trouvant laide mais chantant divinement et cherchant à attirer une fée dont elle jalouse la beauté.

    L'histoire est représentée dans le "Bois des Contes" du parc Efteling, qui annonce vendredi que l'attraction sera désormais un "hommage permanent" à la reine défunte. "Elle a été la première reine dont le conte s'est retrouvé dans le 'Bois des Contes'", indique une porte-parole de De Efteling. L'attraction date de 1966.

  • "La notion de couple royal est apparue avec Fabiola"

    "C'est avec la reine Fabiola qu'est apparue la notion de couple royal co-agissant. 'La reine et moi'. Pendant 33 ans, la reine Fabiola a été constamment aux côtés du roi Baudouin dans les bons et mauvais moments comme les catastrophes", a commenté vendredi soir Francis Balace, historien à l'ULg, contacté par l'agence Belga. "On gardera l'image du couple royal, du Baudouin des années 50-60 et d'après 1960 lorsqu'il s'est marié".

    L'historien a aussi rappelé la position "toute en modestie" de la reine Fabiola qui avait pris du recul après le décès du roi Baudouin pour "ne pas faire d'ombre au couple royal formé par Albert et Paola qu'elle a propulsé vers l'avant".

    Dix ans après le décès de son époux, la reine n'apparaissait plus beaucoup en public, ajoute M. Balace. "Ce fut une période de critiques sur la dotation notamment qui avait été votée par le gouvernement. Certains ont dit que c'en était trop. Puis, il y a eu la saga de la fondation Fons Pereos. La reine en a beaucoup souffert", souligne l'historien.

    Francis Balace indique aussi que la reine Fabiola est la seule souveraine qui a été menacée de mort. "Elle avait pris cela avec humour au 21 juillet en sortant une pomme, clin d'oeil à celui qui la menaçait d'une arbalète", se souvient encore M. Balace.

  • La classe politique salue la mémoire de la reine Fabiola

    La classe politique a salué unanimement la mémoire de la reine Fabiola, décédée vendredi soir à l'âge de 86 ans. Les réactions adressées par communiqué de presse et par Twitter se sont multipliées dans le courant de la soirée. Beaucoup soulignent son dévouement à l'égard du roi Baudouin.

    Joëlle Milquet (cdH), "très émue", a tenu "à saluer la mémoire de cette grande reine qui a marqué l'histoire de notre pays". "Aux côtés du roi Baudouin qu'elle a secondé avec un amour profond durant de nombreuses années, la Reine a toujours été d'une grande dignité et habitée de convictions sincères. Durant toute sa vie, elle a poursuivi son engagement social et sa passion pour la musique", souligne la ministre de l'Education de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

    Pour le ministre d'Etat Herman De Croo (Open Vld), "elle était un vrai soutien pour Baudouin, ils étaient très attachés l'un à l'autre". M. De Croo se souvient de son "néerlandais coloré" et d'une "femme très pieuse, mais aussi drôle, qui était beaucoup plus proactive que les gens l'imaginent".

    Sur RTL-TVi, le vice-Premier ministre MR Didier Reynders s'es souvenu que "pendant de très nombreuses années, la reine Fabiola est restée aux côtés du roi Baudouin, de manière très discrète". Parmi les images que retient Didier Reynders, celle du "deuil en blanc durant les funérailles de Baudouin, cette capacité de présenter une image positive, une image d'espoir".

    Plusieurs personnalités des médias ont également relayé souvenirs et anecdotes. Johanne Montay (RTBF) se souvient ainsi "de l'image de la reine Fabiola embrassant un patient séropositif au CHU St Pierre, aux débuts du sida".

  • Onkelinx : Une femme qui dégageait "une force et un charisme hors du commun"

    Rendant elle aussi hommage à la reine Fabiola décédée vendredi, l'actuelle cheffe de file de l'opposition socialiste à la Chambre, l'ex-Vice-première ministre socialiste, Laurette Onkelinx, a tenu à mettre en avant le souvenir d'une personnalité qui dégageait "une force et un charisme hors du commun", en particulier lorsqu'elle apparut en blanc à l'occasion du décès du roi Baudouin, décédé en Espagne en 1993.

  • "Pas encore de décision sur la date des funérailles"

    Aucune décision n'a encore été prise sur les funérailles de la reine Fabiola, a indiqué vendredi soir le directeur de la communication du Palais royal, Pierre-Emmanuel De Bauw. "Ce soir, la famille est le plus important. Le roi Philippe et la reine Mathilde sont au château du Stuyvenberg où la reine Fabiola est décédée". La famille royale décidera ce week-end comment se dérouleront les funérailles.

    "Le roi Albert et la reine Paola, la princesse Astrid et le prince Lorenz ainsi que le prince Laurent sont arrivés au château du Stuyvenberg", a précisé peu avant 21h00, le Palais royal. Ils ont donc rejoint le roi Philippe et la reine Mathilde.

    Vraisemblablement, la population pourra s'incliner devant la dépouille de la reine Fabiola. "Mais l'organisation pratique sera plus claire dans les jours qui viennent", précise le Palais.

    La reine Fabiola avait des problèmes de santé depuis plusieurs années. "Mais ces derniers jours, il n'y avait pas d'indication qu'elle allait décéder", explique M. De Bauw. Sa dépouille mortelle restera

    certainement au château du Stuyvenberg jusqu'à samedi.

    "Le gouvernement est dans une position d'attente pour les funérailles. C'est à la famille royale de faire part de ses souhaits. Une fois que ces souhaits seront connus, le gouvernement se réunira pour

    organiser les funérailles", a indiqué pour sa part Barend Leyts, porte-parole du Premier ministre Charles Michel.

  • Les évêques de Belgique profondément attristés

    Les évêques de Belgique sont profondément attristés par le décès de la reine Fabiola, indique vendredi soir un communiqué de la Conférence épiscopale de Belgique.

    "Elle a quitté son Espagne natale pour rejoindre son grand amour. Cet amour a aidé le roi Baudouin à devenir le souverain le plus aimé de tous. Mais l'amour de Fabiola a rayonné encore plus. Elle savait ce que signifiait de ne pas avoir d'enfant mais elle ne s'est pas enfermée dans la douleur et le chagrin. Au contraire, elle savait transformer cette épreuve, en aimant autrement. Elle voulait être la mère de tous ses compatriotes et en particulier de ceux qui avaient été blessés par la vie. Notre pays lui sera reconnaissant pour cela", souligne le communiqué.

    Au nom de la communauté catholique du pays, les évêques font part de leurs condoléances à la famille royale et au peuple belge. Ils invitent les croyants de prier pour la reine défunte. "A-Dieu, Madame, Et merci pour tout".

  • Les médias étrangers reprennent rapidement la nouvelle

    La presse étrangère, dont espagnole, a rapidement repris l'annonce du décès de la reine Fabiola, vendredi soir.

    Moins d'une heure après le communiqué officiel du Palais royal, les principales agences de presse des pays proches avaient repris la nouvelle. Les pays voisins, France et Pays-Bas en tête, ont donné une place de choix à l'annonce du décès dans les journaux télévisés.

    Le chroniqueur royal français Stéphane Bern a été parmi les premiers à exprimer ses condoléances sur le réseau social Twitter, d'un sobre "Tristesse d'apprendre la disparition de la reine Fabiola de Belgique".

Nos partenaires