RDC: une coalition d'opposition exhorte Katumbi de se présenter à la présidentielle

30/03/16 à 22:27 - Mise à jour à 22:27

Source: Belga

(Belga) Un coalition d'opposants au président congolais Joseph Kabila a exhorté mercredi l'ex-gouverneur du Katanga, Moïse Katumbi, de se présenter à la présidentielle censée se tenir avant la fin 2016 en République démocratique du Congo.

Le G7, qui réunit sept partis d'opposition, "demande à l'honorable Moïse Katumbi d'annoncer sa candidature (...) et promet de lui apporter un appui total", a déclaré le député Charles Mwando Nsimba, président du G7, à l'issue d'une réunion de la coalition. La résolution sera remise "sans délai" à M. Katumbi, qui ne participait pas à cette réunion, a précisé une autre membre du G7, le député Didier Molisho. Ce groupe de sept partis passés de la majorité à l'opposition à M. Kabila en septembre, salue la gestion de la riche province minière du Katanga (sud-est) entre 2007 et 2015 par M. Katumbi, qui a le "profil idéal" pour diriger la RDC. Populaire et charismatique, M. Katumbi, 51 ans, a démissionné de ses fonctions de gouverneur et quitté le parti présidentiel en septembre. Richissime homme d'affaires, M. Katumbi est également le président du prestigieux club de football Tout-Puissant Mazembe de Lubumbashi, triple vainqueur de la Ligue des champions d'Afrique. Il n'a jusqu'ici pas annoncé s'il serait candidat à la présidentielle. M. Mwando a également insisté pour que la Commission électorale nationale indépendante (Céni) "convoque" la présidentielle "au plus tard le 19 septembre", conformément à la Constitution de la RDC. Le mandat de M. Kabila, au pouvoir depuis 2001, expire en décembre et la Constitution lui interdit de se représenter. Mais l'opposition accuse le chef de l'État de chercher à se maintenir au-delà de cette date. Mardi, M. Katumbi avait appelé à "la tenue d'une élection présidentielle crédible en novembre 2016 qui mettra un terme au second mandat (de M. Kabila) dans le strict respect de la Constitution". Le climat politique est tendu en RDC alors que chaque jour qui passe rend un peu plus improbable la tenue de la présidentielle avant la fin de l'année. (Belga)

Nos partenaires